×
Publicités
Publié le
4 nov. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Camaïeu: 486 magasins en quête d'un repreneur

Publié le
4 nov. 2022

Après la liquidation de l'enseigne de mode féminine décidée par le tribunal de commerce de Lille le 28 septembre, les différents actifs qui composaient Camaïeu sont progressivement vendus à la découpe. Après les stocks de vêtements, acquis en quasi-totalité par le déstockeur Noz le 2 novembre, c'est au tour du réseau de boutiques de se chercher un repreneur. Un appel d'offres a été lancé en ce sens.


Le magasin amiénois - Camaïeu


Selon la note publiée par les mandataires judiciaires, 486 fonds de commerce en France sont concernés par une possible acquisition. Ce contingent inclut huit outlets.

Les offres de reprise doivent être déposées auprès du tribunal de commerce de Lille avant le 18 novembre à 12h, accompagnées d'un versement de 10% du prix proposé. "Aucune surenchère ne sera possible", est-il précisé.

Par son ancienneté sur le marché, et son ex-statut de numéro un du marché milieu de gamme de la mode féminine, Camaïeu bénéficie dans de nombreuses grandes villes d'emplacements bien situés (en centre-ville et en centre commercial). En outre, dans de petites localités, où la mode est peu présente, l'enseigne était parfois la seule actrice du prêt-à-porter femme à la ronde.

Lors de la procédure de redressement judiciaire, cet été, de potentiels acquéreurs s'étaient manifestés concernant des offres partielles qui concernaient des magasins ou des groupes de magasins. Selon nos informations, le groupe Beaumanoir (Cache Cache, Bonobo…), Calzedonia, Celio, Fullstore, Ms Mode et Rituals avaient alors fait savoir leur intérêt. Ils seront peut-être à nouveau sur les rangs dans le cadre de la liquidation, mais sans reprise de personnel cette fois.

Fin septembre, la chute de Camaïeu avait fait l'effet d'une déflagration dans un secteur en contraction, marqué par d'autres difficultés, comme celles connues par San Marina, en redressement judiciaire, qui entend se séparer de 49 boutiques, ou de Pimkie, récemment rachetée par un consortium qui doit opérer une restructuration pour tenter de relancer la chaîne nordiste. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com