Camaïeu lance son vide-dressing en ligne

C’est un service singulier que vient de lancer Camaïeu, en liant e-commerce, seconde main et réseau de boutiques. L’enseigne de mode féminine aux 650 magasins tricolores a mis en ligne un site de vide-dressing, doté d’une originalité de taille : après une transaction effectuée en ligne entre particuliers, l’acquéreur doit se rendre dans un point de vente Camaïeu pour récupérer son article.


Camaïeu lance une initiative favorisant la mode circulaire - DR

Développé par la start-up Place2Swap, le site de revente de vêtements baptisé « Camaïeu & Cie » n’est pas seulement ouvert aux détenteurs de produits Camaïeu, mais à toutes les marques, pour peu que les articles à céder (vêtements et accessoires pour femme) ne dépassent pas 150 euros. Concrètement, vendeurs et acheteurs sont mis en relation via un outil de géolocalisation. « Le vendeur désigne trois magasins du réseau Camaïeu dans lesquels il est susceptible de déposer son article et l’acheteur sélectionne celui qui lui convient le mieux, choisit son article, effectue le règlement en ligne puis dispose de cinq jours pour retirer le colis déposé par le vendeur », précise la marque, qui expérimente dans un premier temps ce service au sein de 18 magasins des régions lilloise et parisienne.
 
Le paiement s’effectue donc lui en ligne, sans que la société ne prenne de commission ou ne facture de frais de livraison, et la somme ne se débloque que lorsque l’acheteur récupère son article en boutique. « En mettant notre réseau de magasins à disposition des vendeuses et acheteuses de vêtements de seconde main, nous générons un vaste hub pour une mode d’occasion de proximité et nous facilitons le quotidien des femmes », commente Emmanuelle Bach Donnard, directrice marketing et digital de Camaïeu. Il s’agit aussi d’un moyen de pouvoir faire venir des personnes en magasin, qui pourraient alors être susceptibles d'être séduites par un produit neuf.
 
Camaïeu, qui revendique une progression à deux chiffres de ses ventes digitales depuis plus d’un an, n’est pas la seule enseigne à se lancer sur le créneau de la mode d’occasion. L’an dernier, Cyrillus et Petit Bateau ont chacune lancé leur plateforme en ligne, mais uniquement concernant leurs propres produits.
 
Dirigée depuis le mois dernier par Nicolas Woussen, l’enseigne née en 1984 multiplie les projets pour conserver son dynamisme sur le marché de l’habillement : elle a revu son identité visuelle il y a an, étendu son offre à la lingerie au printemps dernier et s’est associée au tiers-lieu Plateau Fertile à Roubaix afin de customiser des produits et faire transformer ses invendus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER