Camaïeu : les créanciers prennent la main

Alors que créanciers et actionnaires de Camaïeu parlementaient plutôt durement depuis quelques mois, à la suite de ventes délicates enregistrées par l’enseigne de mode, un accord a finalement été validé concernant la dette de la holding Modacin, qui contrôle la chaîne d’habillement féminin. Les créanciers ont gagné la bataille.


Les ventes des derniers mois ont pénalisé l’activité de Camaïeu, alarmant les créanciers. - DR

​L’intégralité de cette dette s’élevant à 459 millions d’euros a ainsi été convertie en capital « contre 100 % du capital et des droits de vote au profit des créanciers seniors, ainsi qu’un apport d’argent frais pour le groupe Camaïeu compris entre 35 et 45 millions d’euros », indique la direction de l’enseigne.

Une équipe de créanciers incluant Farallon, CVC Credit Partners et Carval a donc mis la main sur la société, qui était jusqu'ici détenue conjointement par les fonds d’investissement Polygon (28 % du capital), Cinven (25 %), mais aussi Centerbridge et Boussard & Gavaudan, qui sortent tous.

CVC Capital Partners est un important fonds luxembourgeois déjà actionnaire du groupe de mode espagnol Tendam, de la chaîne Douglas et de la marque de montres Breitling. Carval Investors est quant à lui un acteur du dossier IKKS, qui fait également l'objet d'une négociation pour la reprise de son capital par les créanciers.

Il faut rappeler que le 15 octobre dernier, la holding de Camaïeu, Modacin, avait été placée en procédure de sauvegarde par le tribunal de commerce de Lille afin d’encadrer les discussions entre les deux parties. A la suite de l’entente trouvée, cette procédure a donc pris fin.

Nicolas Woussen, nommé à la présidence de l'enseigne cet automne, « s’est félicité de cette issue positive qui va permettre à Camaïeu de poursuivre le déploiement de son plan stratégique avec une structure financière désormais allégée de la dette d’acquisition d’origine », commente l’entreprise aux 718 millions d’euros de ventes annuelles. Le conseil d'administration va être remanié dans les semaines à venir.

Camaïeu avait déjà renégocié les termes de son endettement en 2016, qui culminait alors à un milliard d'euros, conséquence d’un LBO (soit l’acquisition d’une entreprise par un emprunt remboursé par les performances de la société) opéré en 2007.  

Née en 1984 dans le Nord, l'enseigne s'appuie à ce jour sur un réseau de 900 magasins à travers le monde dont 650 unités installées en France et emploie 5 200 personnes (4 000 dans l’Hexagone).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER