Camera della Moda : Carlo Capasa présente sa feuille de route

Changement de ton et de style pour la Camera della Moda… même si, au final, la stratégie reste inchangée. Pour sa première apparition publique, le nouveau président de la Chambre nationale de la mode italienne (CNMI), Carlo Capasa, s’est présenté avec simplicité et franchise.

Du haut de ses 55 ans, en costume slim et cravate relâchée, il a donné sur le champ un coup de fraîcheur à l’institution, qui réunit sous son aile depuis 1958 les principales entreprises du made in Italy, pesant ensemble 30 milliards d’euros, soit la moitié du chiffre d’affaires total de la mode italienne.

Carlo Capasa

Seul, il a dévoilé sa feuille de route dans une atmosphère conviviale, alors que l’ex-président Mario Boselli se tenait en retrait au milieu du public. Le néo-président, qui dirige par ailleurs la maison Costume National, fondée avec son frère, le styliste Ennio Capasa, a détaillé une série de mesures qu’il compte réaliser en un an au rythme d'une par mois !

« Je suis l’homme le plus chanceux du monde, car je suis épaulé dans le conseil de direction par des personnalités hors pair, de Patrizio Bertelli (Prada) à Renzo Rosso (OTB) en passant par Diego Della Valle. Nous autres, Italiens, sommes excellents dans l’art de la manufacture et de l’entreprise. En revanche, nous sommes beaucoup moins doués pour parler de nous ». C’est en s’attaquant au thème central de « la narration », que Carlo Capasa a commencé sa présentation en annonçant l’organisation d’un « sommet de la mode italienne » à l’automne prochain.

Autre initiative, pour mieux raconter l’excellence italienne, la mise en place d’un convoi spécial, « le grand train de la mode », qui reliera, à la fin du salon Pitti Uomo, le 19 juin prochain, Florence à Milan, où débutera le soir même la Semaine de la mode masculine. A son bord, la presse internationale, qui sera ensuite acheminée vers l’Exposition universelle de Milan.

Pour changer son image un peu « provinciale et litigieuse », la Camera della Moda compte même engager « des ambassadeurs de prestige », qui porteront la bonne parole dans le monde. Elle entend chouchouter en particulier les journalistes étrangers, qui bénéficieront de l’aide « d’un concierge » pour travailler dans les meilleures conditions durant les fashion week milanaises !

Enfin, pour gommer la mauvaise image que les étrangers se font des Italiens, le fringant président promet de mettre la main au calendrier des défilés, source de sempiternelles polémiques.

Autre axe fondamental, le soutien à la jeune création. Sur ce point, Carlo Capasa a annoncé de nombreuses initiatives, de la création d’un hub à Milan, où les jeunes talents pourront présenter leur travail et se rencontrer, à l’institution d’une journée, qui sera couronnée par un grand événement à Milan, dédiée aux étudiants arrivés en fin de cursus de toutes les écoles de mode italiennes.

La Camera della Moda souhaite organiser aussi une tournée mondiale pour faire découvrir à l'étranger cette nouvelle génération du made in Italy. Elle entend également renforcer ses rapports avec les grands magasins et les distributeurs, afin qu’ils mettent davantage en valeur les jeunes stylistes italiens.

Communication, internationalisation, focus sur les jeunes… Tels étaient aussi les points mis en avant par Jane Reeve, la CEO engagée l’an dernier par la Camera della Moda, qui vient d’être remerciée. Mais avec Carlo Capasa, le ton a résolument changé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversNominations
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER