×
Publicités
Par
AFP
Publié le
9 mai 2010
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cannes : robe contre robe, la compétition est rude sur tapis rouge

Par
AFP
Publié le
9 mai 2010

PARIS, 12 mai 2009 (AFP) - A Cannes, la compétition se joue sur les écrans mais aussi sur tapis rouge: les actrices du monde entier rivalisent d'élégance et de glamour aux frais de maisons de couture qui se disputent leurs faveurs pour profiter de cette exceptionnelle vitrine.


Le Palais des Festivals, le 11 mai 2009 - Photo : Valéry Hache/AFP

"Il y a peu de maisons, mais la concurrence est forte", reconnaît-on chez Elie Saab.

Les petites maisons sont pratiquement hors course, même s'il arrive que des stars créent la surprise en piochant dans leur vestiaire, comme Sharon Stone il y a quelques années avec Guy Laroche.

C'est qu'habiller des célébrités suppose un budget non seulement pour le prêt des vêtements mais "pour leur faire des cadeaux, les inviter à de grandes soirées" où elles seront abondamment photographiées, explique un bon connaisseur du milieu.

"Il y a aussi des gens qui les paient pour porter des vêtements", affirme-t-il. Une allégation réfutée par les maisons qui insistent sur le caractère "amical" de leur "échange" avec les actrices.

Pour les grandes marques, le festival est devenu, avec la cérémonie des Oscars, l'un des principaux événements médiatiques de l'année. D'où leur mobilisation pour prêter robes, accessoires et bijoux.

"Il y a un gros travail d'appel pour que les actrices viennent voir nos collections", confie-t-on chez Elie Saab. D'autres disent ne pas solliciter les comédiennes: "nous sommes plébiscités", affirme-t-on chez Chanel.

Outre ses égéries, comme Anna Mouglalis, Chanel va habiller la présidente du jury, Isabelle Huppert. Elle aura une "garde-robe toute prête" dont une robe spécialement dessinée par Karl Lagerfeld. Asia Argento et Robin Wright Penn, membres du jury, ont contacté la maison qui espère aussi habiller des "fidèles" comme Diane Kruger ou Penelope Cruz.

Les maisons sont très vigilantes quant aux choix des actrices. "Il n'y a pas forcément de critère", dit-on chez Dior, mais la robe doit "correspondre à l'actrice et à l'image de la maison".

Chez Chanel, on souligne être "pour la qualité, pas la quantité". "Si Pamela Anderson (ndlr: l'héroïne d'"Alerte à Malibu" à la poitrine avantageuse) m'appelle demain, je vais dire non", explique une porte-parole.

Le choix des différentes tenues se fait généralement à Paris. "On fait le maximum d'essayages de façon à faire les retouches à Paris et à avoir les robes prêtes quand on arrive à Cannes, et déjà attribuées", explique-t-on chez Dior. Les vêtements, qui valent souvent plusieurs milliers d'euros chacun, sont acheminés par "camion sécurisé".

Dior habille "une petite vingtaine de comédiennes" et, outre leurs tenues, emporte près d'une centaine de robes qui seront à la disposition d'autres actrices et personnalités dans un grand hôtel.

La maison Chanel, qui envoie elle aussi une petite équipe sur place, prévoit "quelques robes de secours" pour les stars qu'elle habille.

Le plus grand danger "c'est d'habiller avec la même robe deux actrices, le même soir, sur le même tapis", souligne-t-on chez Elie Saab où l'on note scrupuleusement "qui a porté quoi depuis des années".

Les robes, qui ne peuvent être portées qu'une seule fois, sont en principe rendues, même s'il arrive qu'elles soient offertes aux actrices. Plus fréquemment, l'actrice gardera "un petit accessoire, un sac ou une paire de chaussures qui lui plaisent", dit-on chez Dior.

Rares sont celles qui conservent robes et accessoires sans autorisation. On garde cependant chez Chanel le souvenir cuisant d'une célébrité qui n'a jamais voulu rendre une robe particulièrement précieuse, et l'on se réjouit qu'elle n'ait rien demandé cette année.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.