Canudilo veut faire de Dirk Bikkembergs une marque globale sport, chic, fashion et sexy

Le rachat de Dirk Bikkembergs par le groupe chinois Canudilo vient d’être finalisé. La griffe de sport couture, fondée en 1987 par le couturier belge homonyme, a été cédée à hauteur de 51 % pour 40,68 millions d’euros à Guangzhou Canudilo Fashion and Accessories via la société Levitas, qui contrôle la griffe.

Dirk Bikkembergs, automne/hiver 2015-16

Les 49 % restants de Levitas sont détenus de manière paritaire par Zeis Excelsa (24,5 %), qui avait racheté Dirk Bikkembergs en 2011, et l'entreprise italienne Sinv (24,5%), propriétaire de la marque Piazza Sempione, qui est entrée dans le capital de la griffe début 2015.

Le nouvel investisseur chinois, spécialisé dans la distribution d’habillement, accessoires, maroquinerie, parfums et cosmétiques, a prévu d’investir dès cette année 60 millions d’euros pour accélérer l’expansion de la griffe en Chine avec une première ouverture sous peu à Macao, qui sera suivie de six flagships dans les principales villes chinoises. Sont prévus par ailleurs 30 millions d’investissements à long terme sur l’Europe et les Etats-Unis.

« Nous allons lancer une grande campagne d’internationalisation pour faire de Dirk Bikkembergs une marque mondiale en nous focalisant sur l'Asie, l'Europe, les Etats-Unis et le Moyen-Orient. J’apprécie beaucoup la créativité et la qualité du Made in Italy. Ce sont les valeurs fortes de cette marque qui, pour nous, a un énorme potentiel », explique Yongfei Lin, le président du groupe Canudilo, à l’occasion d’une conférence de presse organisée ce jeudi à Milan.

Yongfei Lin, président du groupe chinois Canudilo

« Une marque sport, chic, fashion et sexy. C’est le nouveau concept que nous souhaitons appliquer à Dirk Bikkembergs, afin de répondre aux nouveaux goûts de la classe moyenne chinoise. L’autre point de force de la griffe est son lien avec le football. Nous renforcerons donc sa présence dans les pays passionnés par ce sport, comme l’Angleterre », indique encore le jeune président du groupe Canudilo.

Avec cette opération, Dirk Bikkembergs a été valorisé à 92,5 millions d’euros, compte tenu de la valeur de cette cession et de son endettement, qui s’élève à 12,5 millions d’euros.

« Pour couvrir ces dettes, nous avons procédé à une augmentation de capital de 12,5 millions d’euros », explique Maurizio Pizzuti, président de l’entreprise spécialisée dans la chaussure Zeis Excelsa, qui continuera de produire sous licence la ligne de chaussures, tandis que Sinv s’occupera de l’habillement également sous licence.

Le siège de Dirk Bikkembergs restera à Milan et la production en Europe. Un nouveau CEO devrait être nommé sous peu. « L’investissement que j'ai fait en 2011 pour racheter Dirk Bikkembergs a été important. Il a été suivi malheureusement par une chute de la consommation et une crise sans précédent en Europe », raconte Maurizio Pizzuti.

Maurizio Pizzuti, PDG de Zeis Excelsa

« J’ai essayé de développer la griffe en Chine en ouvrant un showroom et deux boutiques en direct, mais j’ai vite compris que sans d’importantes ressources, il était très difficile de s’attaquer à un tel marché. Pour continuer, j’avais besoin d’un partenaire », conclut-il.

L’entrepreneur a reçu plusieurs propositions, en particulier de la part de fonds prêts à mettre sur la table une somme bien plus élevée. Mais il a préféré faire affaire avec le Chinois Yongfei Lin, tablant sur un partenariat à long terme.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

SportCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER