×
Publicités

Capitale verte 2020, Lisbonne fait défiler une mode créative et durable

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
12 mars 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La crise sanitaire mondiale a déjà causé l’annulation d’une vague d’événements dans le secteur, mais pas celle de ModaLisboa, qui avait décidé de maintenir sa 54ème édition. L’événement s’est tenu aux quartiers généraux des uniformes et équipements de l’Armée à Lisbonne du 5 au 8 mars. Le rendez-vous de la mode portugaise a renouvelé son engagement en faveur de l’écologie avec une journée entière dédiée à la responsabilité environnementale. Au total, les spectateurs ont pu assister à une vingtaine de défilés, comme lors des éditions précédentes.


La marque portugaise Béhen a conquis les visiteurs lors de l’événement United Fashion - Béhen / Frederico_om


"Le système de la mode est en train de changer. En tant que Fashion Week, nous savons que nous devons évoluer en même temps. Présenter les collections de la prochaine saison n’est plus suffisant. Étant donné notre envergure aujourd’hui, il est indispensable de prendre en compte notre responsabilité culturelle, sociale et éducative", explique la présidente de l’association ModaLisboa, Eduarda Abbondanza. "Nous avons imaginé un événement inclusif, durable et humain", ajoute-t-elle.

Lisbonne est Capitale verte de l’Europe en 2020, et la dirigeante n’hésite pas à dénoncer les abus de l’industrie : "L’avenir est entre nos mains. Tous les jours, nous tentons de répondre à la question suivante : comment l’industrie de la mode peut-elle devenir moins nocive sans mettre en danger sa croissance ?"

Afin de provoquer ce changement, ModaLisboa a organisé les "fast talks" le 5 mars dernier. Ces discussions sont destinées à repenser l’industrie de la mode en intégrant le développement durable à toutes les étapes du processus. Le thème de cette édition ? "Wake Up" (On se réveille) ! L’événement s’est tenu dans la bibliothèque de la mairie de la capitale et a consisté en une série de débats.

Diana Verde Nieto, l’entrepreneuse argentine qui a fondé Positive Luxury, a défendu le rôle de l’industrie du luxe pour encourager le changement dans le secteur. La consultante allemande en mode Lisa Lang, créatrice de l’agence spécialisée dans l’innovation ThePowerHouse, assure que la technologie est la clé d’un avenir responsable. "Les créateurs doivent se former et maîtriser les technologies pour pouvoir proposer de nouveaux modèles", argumente-t-elle. Pour Jeanne de Kroon, l’ambassadrice de la mode durable pour les Nations unies, aussi la fondatrice de la marque berlinoise Zazi, "la question n’est plus vraiment de savoir si les produits sont durables, mais s’ils ont été produits de façon éthique".

Pour l’avenir, Europe et indépendance



Dans la soirée, l’événement United Fashion a lui aussi eu lieu à Lisbonne. Cette plateforme est cofinancée par le programme de l’Union européenne « Creative Europe », destiné à encourager et à soutenir les jeunes talents indépendants du continent. ModaLisboa en fait partie, tout comme 16 autres institutions dont la Fédération française du prêt-à-porter féminin et le Festival international de mode et photographie de Hyères pour la France.

D’une durée de quatre ans, le programme arrivera à son terme à l’été 2021, après avoir donné de la visibilité à 150 entreprises du secteur au cours de divers événements sur le continent, comme 48 h Maisons de Mode - Lille, Berlin Fashion Week, Fashion Weekend Skopje, Riga Fashion Week ou les Fashion Talks d’Anvers.


Créations de Carolina Machado, Constança Entrudo et Gonçalo Peixoto présentées lors de la dernière édition de ModaLisboa - ModaLisboa


Pour son passage au Portugal, United Fashion a organisé une performance avec 15 créateurs lors d’une soirée de gala. Un showroom façon boutique éphémère a aussi été monté au Campo de Santa Clara, afin de présenter les looks à la presse et aux acheteurs internationaux. Ces derniers venaient notamment du Printemps ou de Tom Greyhound à Paris, ou encore de Machine-A à Londres.

La plateforme a notamment permis de découvrir les marques et créateurs allemands Schmidt Takahashi et Dawid Tomaszewski, les Belges Lina Maria, Sarah Saint Hubert, Snobe et Toos Franken, les Lettones Talented Company et One Wolf, la Française Voir(e), la Suédoise Sofija Utumovic et les Portugaises Archie Dickens, Opiar et Béhen. Cette dernière a concentré toutes les attentions grâce à ses propositions expérimentales à partir de tissus recyclés, associés à des accessoires de fruits et légumes.

Jeunes talents, marques consacrées et enjeux environnementaux


 
Le coup d’envoi des défilés a été donné par le concours Sangue Novo, qui regroupe les jeunes créateurs. On a notamment pu y voir les présentations d’Inês Manuel Baptista, de Francisco Pereira ou de la créatrice Carolina Machado qui a su convaincre avec « Grounded », une collection aux airs de manifeste en connexion avec la Terre, où l’on retrouvait ses tonalités pastel typiques sur des designs courts et oversize en coton et viscose.


Défilés de Luis Buchinho et Luis Carvalho lors de la dernière édition de Moda Lisboa - ModaLisboa


Du côté des collections à retenir, celle de Constança Entrudo n’a pas déçu. La jeune femme continue d’explorer le concept d’identité de façon subversive dans des tonalités fluo avec l’installation "I don’t know if this exists".

Gonçalo Peixoto, lui, a choisi de s’aventurer dans une direction plus commerciale et orientée vers Instagram, avec des mini-robes à franges et volants ou des bombers et blazers métallisés. Awaytomars s’est inspiré des trous noirs dans l’espace pour sa nouvelle proposition.

Et les marques consacrées ne sont pas en reste : Luis Carvalho a pioché dans le travail d'artistes plasticiens pour donner corps à une collection colorée, avec des pièces structurées en crêpe et en tulle brodé. Luis Buchinho, repéré par la plateforme Portugal Fashion, a fêté le 30e anniversaire de sa marque avec une collection d’inspiration graphique de vêtements en faux cuir.
 
La dernière journée a été placée sous le signe de l’internationalisation avec le show de la marque hollandaise Ninamounah. Habituée de la Fashion Week d’Amsterdam, cette marque fondée par Ninamounah Langestraat a fait voyager au Portugal sa proposition "Collection 005 PT.2 Complete Metamorphosis", faisant la part belle à une production locale et durable. Tout à fait dans l’esprit de ModaLisboa.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com