×

Cartier et Saks s'affrontent en justice pour une histoire de travaux

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 10 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans le contexte délicat de refonte des modèles des grands magasins américains, voici un dossier qui pourrait devenir un cas d'école. La marque de luxe Cartier poursuit en justice la chaîne de grands magasins Saks Fifth Avenue en raison de travaux actuellement menés au sein de son flagship new-yorkais, dans lequel la maison française d'horlogerie et de joaillerie possède une concession.


Le grand magasin Saks Fifth Avenue de New York - Saks Fifth Avenue

  
La société Cartier, qui appartient au groupe suisse Richemont, a déposé mercredi dernier une plainte pour rupture de contrat devant la Cour suprême de l'État de New York, et réclame 40 millions de dollars (35 millions d'euros) de dommages et intérêts.

Cartier soutient que Saks a violé son contrat, en lui demandant de déménager son point de vente, actuellement situé au rez-de-chaussée, vers le sous-sol du magasin, dans un espace surnommé "The Vault" (la chambre forte).

Depuis le début des travaux de rénovation du flagship de Saks, l'entreprise Cartier indique qu'elle a subi une forte de baisse de fréquentation, et que son point de vente est particulièrement exposé à la poussière et aux débris engendrés par les travaux, dangereux pour ses employés et ses marchandises.

« Saks envisage de rénover son flagship depuis de nombreuses années. Depuis la première publication de ses plans de rénovation jusqu'à tout récemment, les cadres supérieurs de Saks ont assuré à maintes reprises qu'ils respecteraient le bail et que Cartier demeurerait dans ses locaux habituels », accuse la griffe d'horlogerie dans sa plainte. 
 
L'entreprise de luxe française exploite un point de vente dans le flagship new-yorkais de Saks depuis 2011. Elle a renouvelé son contrat pour une période de cinq ans en 2016, soit jusqu'en 2021.   

Mais coup de théâtre. Quelques jours après que Cartier a intenté son action en justice contre Hudson’s Bay Company (HBC), propriétaire de la chaîne Saks Fifth Avenue, la firme a riposté avec une demande reconventionnelle, une procédure permettant à la défense d'attaquer l'accusation, de 55 millions de dollars (48 millions d'euros).  
 
Le grand magasin se défend d'avoir promis à la maison de joaillerie qu'elle pourrait garder sa place tant convoitée au rez-de-chaussée, tout en précisant avoir « changé la matrice, le mode de sélection des marques, ainsi que son modèle économique, grâce à des transformations fondamentales de l'expérience d'achat, à chaque étage du magasin de New York ».  

« Il est souvent déplaisant de prendre des décisions d'achat de plusieurs dizaines de milliers de dollars, pendant qu'à côté d'autres clients achètent des rouges à lèvres, a déclaré la chaîne de grand magasins. Saks a donc décidé que tous ses joailliers les plus luxueux s'installeraient dans la chambre forte, au sous-sol ».

Cartier n'a pas encore répondu à la demande reconventionnelle de HBC.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com