Casino : croissance stabilisée au 1er trimestre grâce à la France

Casino a stabilisé sa croissance organique au premier trimestre par rapport à la fin de l'année 2017, avec une accélération en France et dans ses hypermarchés Géant et un tassement de sa dynamique au Brésil.


Casino a stabilisé sa croissance organique au premier trimestre - Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

Les ventes du distributeur ont totalisé 8,9 milliards d'euros sur la période, un chiffre en ligne avec les 8,89 milliards attendus par les analystes, accusant un recul de 3,8 % en données publiées, fortement impactées par des effets de change défavorables liés au recul du real brésilien.

A taux de changes constants, hors essence et effets calendaires, leur progression est ressortie à 3,1 %, après une hausse de 3,2 % au dernier trimestre de 2017, et à 1,8 % à magasins comparables, en léger retrait par rapport aux 2,0 % de la fin 2017.

En France, dont le poids est devenu crucial depuis la cession des très rentables actifs asiatiques pour désendetter le groupe, les ventes ont accéléré le pas avec une hausse de 1,3 % en données comparable (après +0,3 %).

Cette performance s'explique surtout par la progression des ventes dans les hypermarchés Géant, qui ont signé une hausse de 2,1 %, alors que les ventes étaient restées stables.

La cadence s'est également accélérée chez Monoprix, l'enseigne la plus rentable du groupe, avec une hausse de 1,2 % (après un recul de 0,5 % fin 2017), dans les supermarchés (+1,3 %) ainsi que chez Franprix (+1,0 %).

Ces chiffres contrastent avec ceux de Carrefour, qui a vu sa croissance tomber à 0,4 % en données comparables, avec notamment un recul de 2,3 % dans les hypermarchés français.

Le directeur financier de Casino, Antoine Giscard d'Estaing, a confirmé l'intégralité de ses prévisions financières du groupe pour 2018.

Il a également déclaré que le processus de vente de Via Varejo se poursuivait et démenti les rumeurs de discussions avec Amazon sur la cession de sa filiale brésilienne de produits électroniques.

Au Brésil, où Casino souffre comme son concurrent de la déflation sur les produits alimentaires, les ventes de sa filiale GPA se sont tassées à +2,2 % en comparables (après +3,9 %).

En Bourse, le titre Casino a clôturé à 41,96 euros lundi, accusant une chute de 17 % depuis le début de l'année, tandis que l'indice SBF 120 est quasiment stable (+0,12 %) sur la période.

La valeur avait notamment poursuivi sa glissade après des résultats annuels 2017 et des prévisions 2018 jugés peu lisibles par les investisseurs.

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresSportDenimLingerieBalnèaireLunettesMode - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER