×
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Catastrophe du Rana Plaza: non-lieu dans une enquête contre Auchan

Par
AFP
Publié le
12 mai 2022

La justice a prononcé fin avril un non-lieu dans une enquête contre Auchan, accusé par trois associations de "pratiques commerciales trompeuses", après l'effondrement en 2013 d'un immeuble d'ateliers de confection au Bangladesh, le Rana Plaza, qui avait fait plus de 1.100 morts, a indiqué jeudi le parquet de Lille.


AFP/Munir UZ ZAMAN



Ce non-lieu date du 27 avril, a précisé le parquet à l'AFP, ajoutant que les associations avaient fait appel de cette décision le 5 mai. Ces associations - Sherpa, Peuples Solidaires et Collectif Éthique sur l'étiquette - avaient déposé une plainte contre Auchan en 2015 après la découverte de vêtements d'une marque du groupe "dans les décombres" du bâtiment, ont-elle expliqué dans un communiqué.

Elles estiment que "les engagements éthiques d'Auchan", par lesquels le groupe "se targuait de faire respecter les droits des travailleurs et travailleuses sur l'intégralité de sa chaîne de valeur" constituent par conséquent des "pratiques commerciales trompeuses".

Les associations regrettent "qu'aucune enquête" n'ait pu "être effectuée au Bangladesh" en dépit d'une commission rogatoire internationale transmise par le juge d'instruction du tribunal de grande instance de Lille.

"Cette affaire, qui dure depuis huit ans désormais, témoigne d'une situation systémique, celle de l'impunité dont continuent de bénéficier les multinationales dans la mondialisation économique", a réagi Nayla Ajaltouni, déléguée générale du collectif Éthique sur l'étiquette.

Auchan "prend acte avec satisfaction" de ce non-lieu, a indiqué à l'AFP un porte-parole du distributeur, qui appartient à la galaxie Mulliez. Le groupe "n'a jamais eu de fournisseur dans le Rana Plaza" et a été victime "d'une sous-traitance sauvage a son insu", a-t-il ajouté. "Après enquête interne", les fournisseurs concernés "ont été déréférencés".

Dans ses motivations, dont l'AFP a pris connaissance, le juge d'instruction pointe un manque de preuve, l'enquête n'ayant permis "de corroborer ni la réalité de cette sous-traitance sauvage", ni "la connaissance par Auchan de cette situation en contradiction avec ses engagements".

L'effondrement du Rana Plaza, situé à Dacca, au Bangladesh, avait provoqué la mort de 1.138 ouvriers textiles et blessé plus de 2.000 autres. Cette catastrophe avait mis en lumière les conditions de sécurité déplorables dans les ateliers.

Après la tragédie, ONG et syndicats avaient dénoncé l'attitude de 29 chaînes de distribution, dont Auchan, soupçonnées d'avoir sous-traité leur production à un moment ou à un autre au Rana Plaza. Le procès du Rana Plaza, pour meurtre, a repris en février dernier au Bangladesh après plus de cinq ans d'interruption.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.