×
5 353
Fashion Jobs
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
18 juin 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cécile Vivier (Salon de la Lingerie): "Les femmes se réapproprient les codes du sexy"

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
18 juin 2022

Après deux ans d'absence, le Salon International de la Lingerie fait son grand retour à Paris à la Porte de Versailles, jusqu'au 20 juin, pour dévoiler les dernières collections et innovations en matière de swimwear et de lingerie. Cécile Vivier, directrice marketing du salon, revient sur les conséquences de la pandémie sur ces deux secteurs, et décrypte les tendances.




Le Salon International de la Lingerie fait son retour en physique après deux années de pandémie. Quelle est l'ambiance de cette édition ?

Cécile Vivier :
Cette nouvelle édition se déroule sous l'angle des retrouvailles. On est tous très contents de renouer avec le physique car cela n'est pas arrivé depuis janvier 2020. Ce Salon se tient exceptionnellement en juin suite au report de celui de janvier dernier, période marquée par une recrudescence des cas, l'émergence de nouveaux variants, et surtout l'interdiction de voyager. Il faut savoir que le Salon International de la Lingerie, c'est plus de 70% de visiteurs internationaux, donc il était impossible pour nous de le maintenir. Nous pouvons enfin ouvrir nos portes aux visiteurs et aux exposants afin qu'ils échangent, voient les produits, touchent les matières.

Le digital s'est pourtant substitué au physique pendant la crise sanitaire. Ce n'était pas suffisant ? 

CV :
Nous avons effectivement remplacé très rapidement nos éditions physiques par des éditions digitales, mais essentiellement pour continuer à animer la communauté. Pour le business, les résultats n'ont pas forcément été probants. Les formes, les couleurs, et les matières ne se distinguent pas de la même façon qu'en physique. La notion de toucher est très importante dans le secteur de la mode; ce qui est contraignant à distance. Mais ces éditions digitales nous ont malgré tout permis de continuer à nourrir nos communautés, exposants et visiteurs, avec des informations des marchés ou des conférences sur les tendances, et cela a été un succès dans le sens où nous avons maintenu un contact permanent.

Retour du sexy



Selon de nombreuses études, la pandémie aurait été fatale pour le soutien-gorge, qu'en est-il en réalité ?

CV :
Il y avait déjà un important phénomène de 'no bra' avant le premier confinement, et on parlait déjà beaucoup de confort, de pièces faciles à porter, de taille unique, en lingerie comme en maillot de bain. La libération du corps de la femme, et le body positive, ne datent pas forcément de la pandémie, même si celle-ci a amplifié le phénomène. Il y a de fait eu un impact sur la consommation de soutiens-gorge. Le tout a été porté par un néo-féminisme très présent en lingerie, qui se traduit aujourd'hui par une allure et une silhouette sexy, mais toujours dans un esprit d'émancipation. Les femmes veulent jouir de leur corps sous toutes les coutures, car celui-ci redevient un moyen d'expression. La lingerie va se faire elle aussi très sexy, avec le retour du string et des formes échancrées. 

Doit-on s'attendre à la fin du 'tout confort' ?

CV :
Pas forcément, car les femmes ont aujourd'hui gagné ce confort, elles l'ont acquis. Mais la sexualité des femmes a été désacralisée, elle n'est plus tabou. Elles s'en sont d'une certaine façon libérées. On le voit sur les réseaux sociaux, on ne compte plus le nombre de comptes qui abordent des sujets comme la masturbation, le plaisir féminin, et les règles, car il est désormais normal d'en parler. Et cela se traduit par un retour du sexy et d'une volonté de séduire. On peut aussi parler du retour de la sexualité débridée des années 2000, si ce n'est qu'à l'époque ces codes renvoyaient à l'archétype de la femme-objet, entièrement dédiée au plaisir masculin. Vingt ans plus tard, cela n'a plus le même sens. Les femmes se réapproprient les codes du sexy, mais pour elles uniquement.

Les culottes et maillots de bain menstruels cartonnent, mais ils sont toujours le fait de marques spécialisées. Est-ce que les griffes grand public entendent démocratiser ces pièces de lingerie ?

CV :
Ce phénomène est effectivement arrivé par la jeune création, mais il est progressivement repris par de grandes marques de lingerie et de swimwear. Nous avons quelques chiffres : 8% des Françaises ont acheté des culottes menstruelles sur l'année, et leurs ventes ont atteint un total de 10,8 millions d'euros. Parmi ces utilisatrices, la plupart envisagent de se tourner exclusivement vers la culotte menstruelle comme protection.


Chantelle



C'est un phénomène qui prend de l'ampleur, et les grandes marques de lingerie, comme Chantelle et Simone Pérèle, se sont déjà lancées sur ce créneau, même si elles n'en ont pas fait un objet de communication. Mais la jeune création continue effectivement de porter cette tendance, et va même sur d'autres créneaux, comme l'incontinence. Ces jeunes marques sont en train d'élargir leur spectre autour du bien-être, et souhaitent accompagner l'évolution du corps de la femme à tous les âges.

Peut-on parler aujourd'hui d'une lingerie sans tabou ? 

CV :
Oui, effectivement. C'est une lingerie sans tabou, pour tout le monde, en toute liberté, quand on veut, et où on veut ! 

Des tonnes d'innovations écoresponsables



Quelles sont les dernières innovations en matière d'éco-responsabilité ? 

CV :
Il y en a bien évidemment énormément sur le Salon. L'éco-responsabilité n'est plus un sujet, c'est un prérequis pour les consommateurs. Les matières éco-responsables, recyclées, ou biodégradables, mais aussi toutes les questions autour de la traçabilité, de la transparence, et des emballages, sont primordiales, et les acteurs du secteur de la lingerie en ont conscience. Il y a des tonnes d'innovations autour de la dentelle, des cotons, des accessoires, etc. On sait malgré tout qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire dans l'industrie textile, notamment sur les teintures, mais l'éco-responsabilité fait aujourd'hui partie intégrante du Salon de la Lingerie, comme des préoccupations des marques.

La seconde main sur la lingerie pose question. Quelles sont les solutions pour limiter les déchets ?

CV :
La seconde main est un véritable sujet en lingerie et en maillot de bain. Il y a de plus en plus d'initiatives qui consistent à reprendre les maillots de bain et à les customiser pour en faire de nouvelles pièces. En lingerie, les marques commencent aussi à réparer les produits. On fait du neuf dans du vieux, et ça pourrait être une solution de seconde main. Par exemple, la marque Ysé récupère les maillots de bain, les fait broder, les fait laver, et les revend, preuve que c'est possible.

Finalement les tendances de demain sont synonymes de liberté, de sensualité, de fonctionnalité, et de durabilité. Peut-on réellement aujourd'hui faire rimer sexy, culottes menstruelles, et éco-responsabilité  ?

CV :
On peut faire rimer culottes menstruelles et éco-responsabilité, mais aussi sexy et éco-responsabilité… C'est peut-être un peu plus difficile pour culottes menstruelles et sexy. Mais les marques commencent à proposer des choses différentes avec des imprimés, des formes, des shortys… Pour faire rimer les trois ensembles, je pense que les marques vont créer, et faire preuve d'imagination. Ce n'est sans doute qu'une question de temps.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2022 AFP-Relaxnews.