Celine ou l'Entente Cordiale entre France et Grande-Bretagne

Le dernier défilé en date de la carrière d’Hedi Slimane s’est ouvert avec encore un nouveau machin géant : une corde de plus à l'arc du créateur ultra-influent, qui imagine donc les décors. Le défilé Celine de ce dimanche soir marquait la fin de 15 jours de présentations de mode à Londres, Florence, Milan et Paris.


Voir le défilé
Celine - printemps-été 2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula

Sa dernière collection pour Celine s’est ouverte sur un large cube à rideaux rouges qui progressait lentement sur l’immense podium pour révéler un drôle de module spatial incrusté de lumières, à l’intérieur duquel une rock star dandy aux cheveux roux était alanguie.

Ce dernier est alors sorti, vêtu d’un costume trois pièces iridescent à la ligne svelte, avec une cravate fine, des lunettes de soleil et un œillet rouge : John Steed rencontre Guy Peellaert en coulisses d’un concert des Kinks à Saint-Germain-des-Prés.

Le message était on ne peut plus puissant : il s'agirait d'une collection de mode pour l’Entente Cordiale, déclinant l’art des tailleurs et l’iconographie britanniques, mais suivant les goûts français. Avec donc une bonne tranche de Serge Gainsbourg, depuis les cheveux mous jusqu'à son amour pour les associations de denim et rayures tennis.


Celine - Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter masculin - Paris - © PixelFormula

Pourtant, Hedi Slimane a averti FashionNetwork.com en coulisses : « Il n’y a aucune ligne narrative là-dedans : il s’agit avant tout d’une pure déclaration de couture, de silhouette et de style ».

Le message clé de Slimane : les jeans évasés à pont plat font un retour en force... que ce soit en denim, rayures fines ou tennis, et idéalement portés avec des bottines rallongées en lézard.

On peut les associer avec à peu près n’importe quoi : des blazers six boutons de club de golf, des vestes en jean à galons blancs, des blousons de baseball rouge pompier, des vestes dissolues façon Beggars Banquet, des smokings blancs d’idoles des séances en matinée, des trenchs camouflage et même un cardigan de cricket. Pas très français ce jeu, n’est-ce pas ?

Et juste au moment où les choses devenaient un peu prévisibles, Hedi Slimane proposait un costume de banquier rock à microrayures tennis dans des tons tabac, taillé au scalpel.


Voir le défilé
Celine - printemps-été 2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula

Le tout présenté sur une fantastique bande originale créée par les rockers celtiques écossais de Bodega à l’intérieur d’un chapiteau monumental installé sur mesure derrière le tombeau de Napoléon : le défilé comme la collection étaient de vrais hits. Des centaines de fans ont supplié pour qu’on les laisse entrer dans la partie dédiée au public debout, tandis que d’autres hurlaient comme des fans du groupe pop pour ados Bay City Rollers, quand Romain Duris, la coqueluche française aux cheveux en bataille, a fait son apparition.

Il est évident que tout va très bien chez Celine, au vu du premier rang. Là, parmi les cadres et les membres de la famille, se trouvait l’homme le plus riche d’Europe, le patron du conglomérat LVMH à qui appartient Celine : Bernard Arnault, affichant un large sourire, prenait des photos du podium avec son portable, comme ado à son premier défilé.

On pourrait dire qu’il y avait un peu trop de marchandises et pas assez de magie dans cette collection. Hedi Slimane en a créé de meilleures. Mais sur l’ensemble de la saison, le Celine d’Hedi Slimane parvient à rester le plus gros acteur du marché de la mode masculine. Pas étonnant que Bernard Arnault ait l’air si réjoui avec son téléphone.

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER