Centres-villes : Procos prime six villes pour leur dynamisme commercial

Clermont-Ferrand, Annecy et Gap, mais également Lyon, Amiens et Compiègne sont saluées pour le dynamisme commercial de leur centre-ville à l’occasion du troisième palmarès établi par Procos, fédération pour la promotion du commerce spécialisé.


Place de Jaude, Clermont-Ferrand - Shutterstock

Dans les catégories métropoles, villes moyennes et petites villes moyennes, Procos récompense à la fois le meilleur centre-ville et le centre-ville ayant connu la meilleure évolution de son commerce en 2018. Et Clermont-Ferrand est cette année primée pour la meilleure évolution du commerce pour une métropole, notamment pour sa « politique volontariste » traduite par le recrutement d'un manager de centre-ville, la création d’un guichet unique pour les demandes de commerçants, la mise en place d’un périmètre de préemption ou encore sa politique événementielle. La capitale régionale l’emporte ainsi sur Strasbourg.

Chez les villes moyennes, c’est Annecy qui est saluée pour la meilleure évolution commerciale, au détriment de Quimper. Annecy a notamment brillé par l’investissement des élus sur la question commerciale, qui permet à la ville d’avoir une « armature commerciale performante » aussi bien en périphérie qu’en centre-ville, où la réfection du quartier de la gare et l'instauration d'une zone de préemption a permis de maintenir l’adéquation entre offre et demande de locaux commerciaux, indique Procos.


Indice de chiffre d'affaires et vacance commerciale dans les villes françaises - Procos

Chez les petites villes moyennes, la fédération a préféré Gap à Vichy, la « capitale douce » affichant plus de 300 magasins et ayant créé une concertation appuyée entre élus et commerces pour maintenir le dynamisme de ceux-ci. Les politiques de transports publics vers le centre-ville et les démarches entreprises auprès des propriétaires de locaux commerciaux vides ont notamment retenu l’attention de Procos.

Lyon, Amiens et Compiègne

Mais quels sont au final les meilleurs centres-villes commerçants ? Pour les métropoles, la fédération désigne Lyon Presqu’île, salué pour son mix marchand « très attractif » alliant grandes enseignes, marques de luxe et indépendants. Et la modernisation de la zone Grolée-Carnot n’a pas manqué d’attirer de nouvelles enseignes dans la « Capitale des Gaules », où la vacance est contenue à 5 % et où les enseignes spécialisés réalisent des chiffres 31 % supérieurs à la moyenne de leur réseau.

Du côté des villes moyennes, c’est Amiens qui sort du lot, notamment grâce aux multiples accès et administrations déployés directement à proximité du cœur marchand de la ville. La diversité et le dynamisme des 650 magasins a permis aux commerces de ne pas pâtir de l’arrivée récente d’un nouveau centre commercial. Le taux de vacance commerciale est maintenu localement sous les 8 %, tandis que les enseignes spécialisées génèrent dans la ville des ventes 8 % supérieures à la moyenne de leur réseau.


Amiens - Shutterstock

Enfin, pour ce qui est des petites villes moyennes, c’est Compiègne que Procos a tenu à saluer comme « l’exemple même de la bonne recette pour réussir ». La fédération cite ainsi le travail sur la zone de chalandise, les accès et transports, ou encore l’offre de cellules adaptées aux grandes locomotives. Des démarches qui permettent notamment à la cité de maintenir sous les 8 % son taux de vacance. « Ce qui est extrêmement rare dans cette catégorie de ville », pointe l’organe représentatif. L’efficacité des enseignes spécialisées est localement comparable à celle de villes plus vastes telles Nîmes ou Lorient.

Le précédent palmarès des centres-villes établi par Procos avait distingué les villes de Tours, Le Havre et Montpellier (lire l'article de FashionNetwork).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - DiversBeauté - DiversArt de vivre - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER