×
Publicités
Publié le
27 janv. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Centres-villes : la FNH met un outil d'analyse à disposition des élus

Publié le
27 janv. 2017

Après avoir porté un plan Marshall pour la revitalisation des centres-villes en 2014, la Fédération Nationale de l’Habillement (FNH) va mettre en place un outil d’analyse à destination des maires. Ce dernier, qui entend les aider dans leur choix de commerces à implanter sur leurs communes, sera testé dans un premier temps dans la région des Hauts-de-France.
 

Pierre-François Le Louët (Fédération Française du Prêt à Porter Féminin), Bernard Morvan (FNH), Didier Simon de Bessac (Fédération des Enseignes de l'Habillement), et François-Marie Grau (FFPAPF - Cofreet) - FNH


« Aujourd’hui, les maires sont en incapacité de parler de manière chiffrée de leurs villes, en termes d’emplois et de commerces, explique Bernard Morvan. De nombreuses enseignes viennent, mais n’injectent rien, prennent l’argent des localités puis s’en vont. C’est pour cela que nous allons tester un outil dans les Hauts-de-France, afin d’accompagner les villes dans leur recherche de commerçants et pouvoir remplir les "dents creuses" de nos centres-villes. »
 
L’annonce de ce futur dispositif a été faite à l’occasion des vœux de la FNH adressés le 24 janvier à une assemblée de professionnels et responsables politiques à l’Assemblée nationale. L’objectif de la fédération est de guider les maires dans leur choix de commerces à implanter, notamment au regard des montants réinjectés par ces derniers.

L’initiative repose notamment sur le constat du scénario connu aux Etats-Unis, où les grandes enseignes ont pris peu à peu possession des centres, mais n’y réinjectent que 13 % de leurs bénéfices dans les points de vente, contre 47 % pour les indépendants. « Il faut diversifier l’offre commerciale de nos villes, par opposition à la logique de "typologie", dont on sait qu’elle aboutira à des fermetures. Or, aujourd’hui, il n'y a à aucun moment quelqu'un pour accompagner et conseiller les porteurs de projet. »
 
« Nous allons extraire des données pour enrichir un document modélisé, qui analysera dans le détail 1 000 secteurs commerciaux présents dans les villes françaises, explique Bernard Morvan. Il faut réussir à ré-enraciner du commerce indépendant et créer de la richesse sur place. Car on sait que les commerçants indépendants se font travailler entre eux. Les Etats-Unis, chez qui ce phénomène s’est produit en avance sur nous, sont en train de faire ce travail. A nous de l’entreprendre de manière anticipée ».
 
Une initiative qui a retenu l’intérêt de Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France, qui servira de zone test au dispositif. Dispositif par ailleurs amené à trouver un écho au niveau européen. Une vingtaine de pays auraient ainsi manifesté leur intérêt pour les travaux de la FNH, qui a par ailleurs déjà rallié une quinzaine d’eurodéputés allemands, luxembourgeois, italiens, espagnols ou encore gallois autour de ses projets. Le 22 février, une rencontre est prévue avec le Comité économique et social européen (CESE) afin de discuter d’autres auto-saisines sur ces questions commerciales.
 
« Avec le soutien de la CPME et de l’UEAPME, je compte bien faire bouger les lignes, que ce soit dans la constitution d’une alliance européenne sur la défense des centres-villes avec la rédaction d’une livre blanc européen, ou dans l’auto-saisine du CESE, dont je suis membre, afin de permettre au commerce indépendant de figurer comme l'un des acteurs majeurs de l’économie moderne », a conclu mardi Bernard Morvan lors de ses vœux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com