×
Publicités
Publié le
9 oct. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chanel poursuit son shopping en Italie en s’emparant de Ballin

Publié le
9 oct. 2020

Rien ne semble arrêter la marche forcée de Chanel, qui multiplie les investissements dans sa chaîne d’approvisionnement. En particulier dans la péninsule, où le tissu productif et artisanal du secteur du luxe a été beaucoup mieux préservé qu’en France. Alors qu’elle a racheté cet été la tannerie italienne Conceria Gaiera Giovanni, c’est au tour du chausseur italien Ballin de tomber dans l’escarcelle du géant du luxe français.


Le siège du chausseur en Vénétie - Ballin


Le groupe a confirmé à FashionNetwork.com "avoir pris une participation majoritaire dans le fabricant de chaussures de luxe Ballin", dont Chanel est "l’un des clients principaux". La maison et le chausseur travaillent ensemble depuis de nombreuses années et, selon Chanel, "cet investissement offre un cadre de collaboration plus pérenne en s’inscrivant dans la continuité d’une relation déjà établie".

"Cette décision a été motivée par des intérêts convergents: un besoin pour Ballin de s’appuyer sur un partenaire solide qui assure une visibilité à long terme à l’entreprise, et une volonté pour Chanel de renforcer une filière essentielle à son activité et à celle du luxe dans son ensemble", indique encore la griffe dans une note.

Fondée en 1945 par les frères Guido et Giorgio Ballin, l’entreprise est implantée en Vénétie, à Fiesso D'Artico sur la Riviera del Brenta, l’un des principaux fiefs de production de la chaussure en Italie. Au-delà de son rôle de fournisseur, elle développe et commercialise aussi une marque de souliers à son nom. Au fil des années, Ballin a su préserver les savoir-faire traditionnels de la manufacture made in Italy, tout en les faisant évoluer grâce aux nouvelles technologies.

Comme le souligne la griffe française, qui vient de clore la Semaine de la mode parisienne avec un défilé remarqué au Grand Palais, "conformément à la stratégie de Chanel dans ce type d’opération, Ballin poursuivra sa collaboration avec l'ensemble de ses clients".
 
C’est la quatrième entreprise italienne qui entre dans le giron du colosse parisien depuis deux ans. Après avoir investi l’an dernier sur la tannerie Samanta, le spécialiste des cuirs imprimés et embossés, le groupe de luxe s’est emparé de la Conceria Gaiera Giovanni, spécialisée dans la transformation et les traitements des peaux de chevreau, d’agneau et de veau. Début juillet, par ailleurs, Chanel a finalisé l’acquisition du fabricant piémontais de fils fantaisie Vimar 1991, qui a intégré Paraffection, la filiale du groupe regroupant les maisons et les savoir-faire des métiers d’arts.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com