×
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 juil. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cheynet & Fils: plus d'une centaine de suppressions d'emplois prévue

Par
AFP
Publié le
18 juil. 2014

© 2014 AFP - Une restructuration portant sur plus d'une centaine des 300 emplois du fabricant de ruban élastique Cheynet & Fils, de Saint-Just-Malmont (Haute-Loire), aura lieu durant l'été, a-t-on appris vendredi de source syndicale et auprès de la direction.

La principale unité de production du premier fabricant européen de ruban élastique pour la lingerie-corseterie, située à une vingtaine de kilomètres de Saint-Etienne, a été placée en redressement judiciaire le 1er juillet.

Son PDG, Grégoire Giraud, a annoncé vendredi, lors d'un point presse improvisé, en marge de celui organisé par la CGT, que "le nombre précis de suppressions d'emplois prévu dans le cadre de l'importante restructuration en préparation, sera annoncé aux 300 salariés avant la fin du mois".

Les représentants CGT de l'entreprise ont quant à eux déclaré que l'administrateur judiciaire, Bruno Sapin, leur avait indiqué qu'il fallait "alléger la masse salariale de 40%, avec un effectif divisé par deux".

Ils ont désigné un expert-comptable et demandé "à être reçus rapidement par les pouvoirs publics, avant les congés annuels du mois d'août".

"Depuis la fin des quotas européens sur l'importation des soutiens-gorge fabriqués en Chine, en 2005, l'Europe est envahie par ces produits et nous avons déjà du effectuer deux restructurations dans cette société, en 2007 et 2008, (...) j'espère que ce sera la dernière", a déclaré Grégoire Giraud, qui dirige Cheynet & Fils depuis 1993.

La nouvelle stratégie de l'entreprise consistera à renforcer sa position de leader européen sur le marché de la lingerie-corseterie, en se recentrant sur les activités rentables, avec une tarification adaptée, plus compétitive sur les grandes séries et plus chère sur les petites séries et les prototypes, a indiqué le dirigeant d'une des deux dernières entreprises françaises du secteur.

Le groupe Cheynet compte près de 600 salariés, pour un chiffre d'affaires de plus de 35 millions d'euros avec ses unités de production de la Loire et du Pas-de-Calais, ainsi que ses filiales tunisienne et thaïlandaise.

Les principales grandes marques de lingerie et corseterie (Chantelle, Simone Pérèle, Lise Charmel, Aubade, Maison Lejaby...) et de sous-vêtements masculins (Eminence, Athéna, Pull In...) figurent parmi ses clients.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.