×
Publicités

Chez Valentino, on se serre la ceinture

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 24 janv. 2020
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cette saison, Valentino est au régime. Après avoir suscité un tsunami de silhouettes toutes en volumes en Europe pendant plusieurs saisons, le directeur artistique de la maison, Pierpaolo Piccioli a décidé de réduire sa consommation de tissu, proposant une collection couture plus sobre, et plus sombre.


Valentino - Printemps-Été 2020 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula

 
Cela dit, les plus belles silhouettes n'étaient pas les plus dépouillées. Un pantalon cigarette en faille de soie, surmonté d'une explosion de pétales en shantung blanc. Une magnifique robe en faille de soie à dos nu, qui ondulait scandaleusement sous la hanche.
 
Rares sont les ateliers de couture qui peuvent rivaliser avec Valentino, dont la collection faisait écho aux jours de gloire de la maison, à ses débuts dans les années 1950. Plusieurs modèles arboraient des coiffures qui rappelaient la princesse Marella Agnelli, icône de cette époque.

Chez Piccioli, l'utilisation de la couleur est toujours impeccable. Chaque nouvelle silhouette suscitait un "ohhhh" de pâmoison dans le public —  on se rappellera longtemps de ce pantalon en soie violette ceinturé de tissu rouge Valentino, porté avec une blouse blanche dont les coutures s'évasaient en forme d'éventail.

L'ambiance, romantique et poignante, était appuyée par une bande-son mélancolique composée d'airs d'Antony & The Johnsons.  

Le couturier italien a organisé son défilé couture au même emplacement que la saison dernière, à l'Hôtel Salomon de Rothschild, faisant appel à des mannequins de premier plan — des top-modèles de légende jusqu'aux starlettes des podiums. Stella Tennant a entamé les hostilités dans une robe noire taille basse en soie, portée avec un chemisier en organza, tandis que Mariacarla Boscono resplendissait dans une robe sans manches à micro-sequins bleu Klein, dont l'ourlet frôlait le sol.

Kaia Gerber semblait un peu perdue dans son gigantesque manteau rose, qui se prolongeait en traîne derrière elle. C'est le mannequin le plus acclamé des défilés couture, Adut Akech, qui avait l'honneur de porter la dernière tenue, peut-être la plus mémorable. Une robe droite en soie rose, surmontée d'un bustier en plumes de marabout assorties, comme un immense éventail ondulant sous son visage.


Valentino - Printemps-Été 2020 - Haute Couture - Paris - © PixelFormula

 
La collection a manifestement trouvé un écho auprès du fondateur de la maison, Valentino Garavani, qui a écrit sur son compte Instagram : "La meilleure collection que vous ayez jamais dessinée, cher PP ! Je suis si fier et honoré de voir que nous partageons les mêmes inspirations ! Et quel savoir-faire, grâce à nos incroyables ateliers, à vous, Antoinetta et tous les autres... des détails incroyables, et la perfection partout."
 
Pourtant, le défilé arrive à un moment un peu délicat pour Valentino. De nombreux détaillants ont fait état de ventes au point mort, et la maison devrait également changer d'équipe de direction dans un futur proche.

Selon des sources du secteur, Jacopo Venturini, l'ancien vice-président exécutif de Gucci, remplacera au printemps le PDG de Valentino, Stefano Sassi. Jacopo Venturini doit encore attendre quelques mois pour terminer sa clause de non-concurrence avec son précédent employeur.
 
Même Pierpaolo Piccioli avait l'air un peu tendu. Après avoir posé pour les photographes, il affichait un rictus d'épuisement.

Cela dit, le souvenir qui restera de ce défilé est celui d'un événement mis en scène de A à Z, où l'on a pu redécouvrir l'essence même de la Haute Couture — ses savoir-faire audacieux, son atmosphère précieuse, et cette vocation à créer et à alimenter la beauté et la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com