×
Publicités
Publié le
24 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chiara Ferragni en quête d’un investisseur

Publié le
24 janv. 2022

Chiara Ferragni veut passer à la vitesse supérieure. Après avoir restructuré ses activités, la célèbre influenceuse italienne, qui compte plus de 26 millions d’abonnés sur Instagram, souhaite ouvrir le capital de sa société afin d’accélérer sa croissance. Elle cherche un fonds d’investissement pour accompagner l’expansion de Fenice (ex-Serendipity), la société qui produit la marque de prêt-à-porter et d’accessoires portant son nom. Elle a donné mandat à la banque française BNP Paribas pour qu’elle puisse l’épauler dans cette opération.


Chiara Ferragni au défilé haute couture de Schiaparelli ce 24 janvier - Instagram


"Nous avons toujours eu l’idée d’avoir un fonds dans notre capital, mais il fallait d’abord restructurer l’entreprise du point de vue financier et retrouver l’harmonie. Aujourd’hui, après deux ans de travail depuis que j’ai pris la direction de la société, et que les résultats sont là, est arrivé le bon moment pour avoir un partenaire financier", déclare-t-elle ce lundi dans le supplément économique du quotidien italien Corriere della Sera, sans préciser la part qu’elle souhaite vendre, ni comment se réorganisera l’actionnariat.

La société Fenice est l’une des deux activités développées par la jeune femme d’affaires. Fondée en 2013 pour gérer sa marque Chiara Ferragni Collection, elle est détenue par l’instagrameuse (32,5%), la société d’investissement Alchimia de Paolo Barletta (40%), Nicola Bulgari (13,75%) et les familles Barindelli et Morgese (13,75%).

A la suite d’un différend avec Pasquale Morgese, qui produit via sa société Mofra les collections de chaussures et accessoires, l’influenceuse a été nommée en 2020 administratrice déléguée de Fenice, tandis que la société a approuvé un nouveau plan industriel et une augmentation de capital de 3,5 millions d’euros, prenant en gestion directe l’e-commerce.

Chiara Ferragni a l’ambition de créer une marque lifestyle autour de son nom et a multiplié les licences. Ainsi, ces deux dernières années, elle a noué toute une série de partenariats: l’habillement et les accessoires avec Swinger International (Genny), les sous-vêtements et le beachwear avec Velmar détenue par Aeffe (Moschino), la mode enfant avec Monnalisa, les produits pour enfants tels meubles et poussettes avec Nanan, les bijoux avec Morellato, les lunettes avec Safilo, la papeterie avec Pigna, les chaussures étant réalisées par Mofra.

Elle vient par ailleurs de lancer une ligne de maquillage, pilotée en interne, qui est produite par Intercos et distribuée par Douglas, tandis qu’elle devrait se diversifier sous peu aussi dans le parfum.

Cette stratégie a fait bondir le chiffre d’affaires à 26 millions d’euros en 2021, contre 1,2 million en 2020 (avec une perte brute opérationnelle de 500.000 euros). En 2022, Fenice devrait faire encore mieux puisqu'elle mise sur 61 millions d’euros de revenus avec un Ebita de 2,4 millions d’euros.

L’autre partie de l’empire de Chiara Ferragni, qui a réalisé un chiffre d’affaires total de 46,3 millions d’euros en 2021, s’organise autour de ses activités de conseil et de promotion de l’image. D’un côté avec Tbs Crew (6,8 millions d’euros de chiffre d’affaires), chapeautant le site The Blond Salad, à l’origine du succès de l’influenceuse, qui en est désormais l’unique actionnaire, et de l’autre avec Sisterhood srl (13,5 millions d’euros en 2021). Constituée en 2018 pour s’occuper de gestion de marques et de conception de campagnes publicitaires, cette société serait destinée à prendre un rôle de holding, selon le Corriere della Sera, contrôlant de fait Tbs Crew.

Au cours du deuxième semestre, l’entrepreneuse va déménager dans de spacieux nouveaux bureaux dans la très centrale Via Turati à Milan. Aujourd’hui, le groupe emploie une vingtaine de personnes. La marque est distribuée, au-delà de l’e-commerce, dans deux boutiques à Milan et Cortina d’Ampezzo, ainsi que dans les principales enseignes des grands magasins. Son premier marché est l’Italie (50%), suivie par l’Europe (40%).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com