×
5 350
Fashion Jobs
Publié le
16 nov. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chine: l'activité portuaire prépare sa reprise

Publié le
16 nov. 2021

L'explosion des tarifs du fret à l'occasion de la crise sanitaire ont attiré les regards des donneurs d'ordre sur les ports chinois, par lesquels transitent 30% des conteneurs mondiaux. Une activité en pleine crise qui devrait retrouver des niveaux plus normaux sur l'exercice 2022, selon l'agence Moody's, qui estime cependant que les crispations géopolitiques entourant Pékin pourraient freiner la reprise du trafic.


DR



"Nous prévoyons que le PIB [produit intérieur brut] de la Chine augmentera de 8% en 2021 et de 5,3% en 2022 et que le débit de conteneurs augmentera de 9% en 2021 et de 4% en 2022", indique Ralph Ng, vice-président et analyste principal de Moody's. "La position de la Chine sur le marché restera dominante au cours des trois prochaines années, grâce à la connectivité portuaire du pays, à son infrastructure portuaire bien établie et à sa chaîne d'approvisionnement intégrée".

Moodys rappelle que sept des dix ports expédiant le plus de conteneurs sont situés en Chine. Or, depuis l'été, la crise du transport de marchandises a porté à plus de 7.000 dollars un trajet entre la Chine et la côte Ouest américaine. Une multiplication par trois en un an, qui souffre en outre d'un comparatif défavorable, l'été 2020 ayant déjà connu des tarifications hors-normes. Et cette flambée heurte également pleinement l'Europe, avec depuis cet été plus de 10.000 dollars pour un trajet Chine-Europe, contre 1.600 dollars un an plus tôt. Des hausses qui, par rebond, se sont répercutées dans une moindre mesure sur le fret aérien, par définition plus onéreux.

La crise des conteneurs est née de l'interruption des rotations entre ports asiatiques, européens et américains lorsque la première vague a interrompu la production orientale, puis freiné dans l'urgence les commandes occidentales. La difficulté à remplir les bateaux à destination de l'Asie a créé une rupture de stock dans les ports orientaux. Les 180 millions de conteneurs disponibles sur le globe captent à eux seuls 60% des échanges internationaux de marchandises.

Aux écueils de transport s'ajoute également pour la Chine un problème de production. L'industrie textile a connu en septembre et octobre de nouveaux reculs liés aux problèmes d'approvisionnement électrique. La production de charbon, dont dépend largement le pays, n'a pas suivi l'évolution de la demande connue en 2020. Situation qui menace de se répercuter sur les prix européens de l'énergie, déjà mis sous pression.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com