×
Publicités
Publié le
19 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chine: le fret ferroviaire au secours des exportations d'habillement ?

Publié le
19 mai 2022

Face à l'engorgement des ports chinois et la flambée des coûts du fret aérien, la nouvelle Route de la Soie connait une accélération forte. Province stratégique du textile chinois, le Guangdong, au nord de Hong Kong, aurait en quatre mois envoyé quelque 230 trains de marchandises vers des pays étrangers, selon les douanes locales. Une augmentation de 91,6% en un an.
 

DR


Le nombre de trains de marchandises qui partiraient principalement des villes prospères du delta de la Rivière des Perle est croissant. Ils prendraient principalement la direction de l'Europe Centrale, mais iraient également vers l'Asie centrale et l'Asie du Sud Est. Autant de destinations ayant déjà établi des liens économiques étroits avec le Guangdong, indiquent les douanes de la province chinoise dans une communiqué.
 
Le Guangdong est une région stratégique pour le textile-habillement mondial, avec pas moins de 28.276 fabricants textiles revendiqués. Écosystème qui a récemment poussé les grands salons industriels du textile Intertextile, Chic et Première Vision, à lancer des salons dans la métropole locale Shenzhen. Le Guangdong est aussi la province chinoise la plus exportatrice, avec pour 1.116 milliards d'euros (8,27 trillions de yuans) d'import-export en 2021, en hausse de 16,7% en glissement annuel. Soit 22% du commerce international réalisé par la Chine.

La publication de ces chiffres ferroviaires intervient dans un contexte spécifique: le 10 mai dernier, un train de marchandises transportant 100 conteneurs aurait entamé sa route vers l'Europe, chargé de vêtements, chaussures, bottes, mais aussi meubles, lampes et appareils ménagés fabriqués dans la région. Or il s'agissait du 500ème train de marchandises lancé vers l'Europe depuis le terminal de Dalang, inauguré en 2016 dans le cadre du vaste projet de "Nouvelle Route de la Soie", par laquelle Pékin entend consolider ses positions dans le sourcing international.
 
Et le rail se trouve particulièrement mis en lumière du fait des difficultés touchant les autres solutions de fret international. Les grands ports chinois du sud et de l'est tournent au ralenti du fait de confinements stricts, causant un allongement des délais de pris en charge des navires, toujours plus nombreux à patienter au large.

De son côté, le fret aérien, sur lequel s'est depuis 2020 reporté une vaste part des transports intercontinentaux, doit faire face à la flambée des coûts du carburant. Mais aussi à l'allongement des vols eurasiens, qui contournent la zone de guerre ukrainienne.
 
D'où un nombre de trains presque multiplié par deux, sur les quais du Guangdong. Un cordon logistique d'appoint qui ne profite pas qu'à l'Europe. Ainsi, sur le seul mois d'avril, un total de 27 trains de marchandises ont pris la direction de Vientiane, la capitale du Laos, via une ligne mise en service en décembre dernier. Une démarche à l'image du maillage que Beijing voudrait voir à terme se déployer à travers toute l'Asie, avec la Chine comme point central.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com