×
Publicités
Publié le
21 avr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chine: quelles conséquences aura la congestion des ports chinois ?

Publié le
21 avr. 2022

Les confinements stricts touchant Shanghai et Shenzhen et leurs provinces environnantes, stratégiques pour l'industrie textile, font craindre de lourds retards dans les commandes. Mais aussi une nouvelle vague d'indisponibilité de conteneurs, qui entrainerait une nouvelle hausse des coûts de fret. Face à cette situation venant s'ajouter à l'inflation et à la guerre en Ukraine, le Fonds monétaire international a annoncé mardi 19 avril rabaisser de 2,8% ses prévisions de croissance pour 2022, contre 3,9% précédemment.


Près de 500 bateaux attendraient actuellement au large du port de Shanghai - Shutterstock


Aux portes du plus grand port du monde, c'est l'embouteillage. Ce sont désormais près de 500 navires qui auraient jeté l'ancre en vue de Shanghai, où un nombre limité de dockers tentent tant bien que mal de maintenir des rotations pour déchargements et chargements des porte-conteneurs. Le port est un point de passage presque obligé pour les entreprises exportatrices des provinces du Jiangsu, au nord, et du Zhejiang, au sud. Deux régions qui affichent respectivement 13.600 et 12.300 exportateurs textiles. La situation est sensiblement la même du côté de Shenzhen et du fief textile du Guangdong, où les 28.276 entreprises textiles cherchent à transiter par des ports alternatifs, eux-mêmes devenus rapidement saturés.

La situation est observée avec anxiété par le monde de l'import-export, qui redoute de vivre une situation miroir à celle connue en 2020: face aux confinements occidentaux, de nombreux navires étaient restés dans les ports d'Europe et d'Amériques, causant une pénurie de conteneurs en Asie. Cette fois, c'est une menace de pénurie de conteneurs dans les ports occidentaux qui plane. Inquiétude d'autant plus grande que, après une longue phase de stagnation du problème, elle intervient alors que les prix du fret avaient enfin amorcé un semblant de stabilisation.

Derrière les craintes sur les coûts et délais de transports, les marques et enseignes occidentales produisant en Asie redoutent les ruptures de stocks sur leurs réseaux de vente européens et américains. Mais est également crainte la conséquence des confinements sur la consommation chinoise elle-même. A l'heure où la grogne monte quant au ravitaillement alimentaire des zones confinées, l'heure n'est pas au shopping. Même via Internet, dont les spécialistes locaux de la livraison doivent eux-mêmes jouer avec restrictions de déplacements et main d'œuvres limitée. Avec tout ce que cela peut impliquer à court et moyen terme sur les commandes chinoises auprès des marques occidentales.  


Indice des prix pour les conteneurs de 40 pieds - - Drewry



La situation du fret chinois aura eu un impact inattendu sur une autre donnée dernièrement problématique pour l'industrie: le cours du pétrole, qui a récemment chuté de 5%, par anticipation d'une chute de la demande. Pas de quoi cependant ramener ce dernier à la normale. Le baril se négocie actuellement toujours à 108 dollars, contre 70 dollars en décembre dernier. Réalité qui, outre le secteur logistique, met aussi sous pression la production de fibres synthétiques, qui représentaient en 2020 quelque 62% des fibres produites dans le monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com