×
Publicités
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
5 juil. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christian Dior: couture fantastique et "fil fantôme"

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
5 juil. 2021

Le fil conducteur de la nouvelle collection haute couture Christian Dior était justement… le fil, dans sa plus belle expression grâce à des matériaux remarquables et au décor unique conçu pour le défilé de la griffe, à Paris.


 


Présenté dans la matinée de lundi, journée inaugurale des quatre jours de saison haute couture dans la capitale française, ce défilé en live a eu lieu sous un somptueux chapiteau, dont les parois étaient agrémentées d’une gigantesque installation impressionniste abstraite intitulée Chambre de Soie, par l’artiste Eva Jospin.

Mais pour la directrice de la création de la maison Dior, Maria Grazia Chiuri, le point de départ a été sa lecture de Threads of life (« Les fils de la vie »), essai philosophique de l’Écossaise Clare Hunter, consacré à l’influence des tissus et des matières à travers l’histoire.

« Dans cette période si difficile, c’est très important de faire preuve de solidarité à travers le monde. Et j’ai été fascinée par la manière dont l’autrice interprète le rôle des textiles dans de nombreuses nations et sociétés, ainsi que celui de tous les artisans et petites mains qui cousent, tissent et brodent les tissus », expliquait Maria Grazia Chiuri lors d’une avant-première du défilé.


Christian Dior Haute Couture automne/hiver 2021-2022 - Photo: avec l'aimable autorisation de Christian Dior - Photo: Courtesy of Christian Dior


L’impressionnisme sous toutes ses formes apparaît dans les fabuleux tissus qui sont le matériau brut de cette collection automne/hiver 2021. Avec notamment des associations frappantes de maille filet en polyamide entrelacée de microcristaux, ou encore de sublimes motifs floraux en velours jacquard, créés par Bucol à Paris.

Mais la principale idée mode, c’était la coordination subtile des couleurs sur de nombreux looks à porter en journée : un dégradé de tweed, tricot et cachemire gris moucheté, décliné en une série de vestes bar, cabans et mélanges blazer/cape.

Maria Grazia Chiuri aime proposer des tenues de jour à la fois raffinées et pratiques : des dizaines de looks étaient complétés par des rangers en tweed coupé en biais. Elle joue également avec les manteaux, composé de panneaux aux teintes et tissus contrastés, avec notamment une création brillante en forme de mosaïque de gris, qui deviendra sûrement un jour l’une des pièces maîtresses d’un grand musée de la mode.

« Une grande maison comme Dior ne doit jamais oublier la valeur de toutes ces brodeuses et de ces artisans talentueux, alors même que de telles compétences soient parfois déconsidérées, comme s’il s’agissait d’arts ménagers. Ce n’est pas le cas : ce sont des techniques et savoirs uniques transmis de génération en génération », soulignait la créatrice.


Christian Dior Haute Couture Automne/hiver 2021-2022 - Photo : avec l'aimable autorisation de Christian Dior - Photo: Courtesy of Christian Dior


L’Italienne a pris assez d'assurance pour faire des expériences avec les looks les plus iconiques de Monsieur Dior, en prolongeant la veste bar à partir du torse ou en rallongeant ses jupes longues, dans une version moderniste revisitée du New Look.

Si les authentiques femmes de milliardaires ou princesses du Golfe sont une clientèle encore trop rare sur le sol parisien, aucune pénurie à signaler au premier rang côté stars de cinéma à impact maximal : Jessica Chastain et Cara Delevingne encadraient le PDG de Dior, Pietro Beccari.

Avec 75 passages au total, le défilé est tout de même un peu retombé au milieu. Maria Grazia la stakhanoviste a dû s’épuiser, après avoir été aux manettes de tant de défilés à succès (aussi bien commercial que critique). Il y a deux semaines, elle présentait une collection Dior croisière à Athènes. La semaine précédent ce défilé haute couture, elle était occupée à préparer le prochain événement de prêt à porter, prévu en octobre. Et on avait un peu l’impression qu’elle avait désactivé le bouton auto-censure : élaguer une demi-douzaine de déclinaisons de gris sur une série qui en comptait plus de vingt aurait été une bonne idée.


Christian Dior Haute Couture Automne/hiver 2021-2022 - Photo : avec l'aimable autorisation de Christian Dior - Photo: Courtesy of Christian Dior


Cela étant dit, Maria Grazia Chiuri a imaginé pour le soir un ensemble de robes en mousseline taille empire, très belles, avec des traînes comme la plupart des femmes rêvent d’en porter.

Une fois de plus, elle a intelligemment repris l’idée du couturier qui a le plus duré dans la maison, Marc Bohan : une coiffe de jockey de 1964, baptisée le Ludovic.

« Marc Bohan rejoignait alors la déferlante de la jeunesse qui a marqué les 60’s, avec cette bombe d’équitation pleine d’esprit, après des années de constructions florales élaborées chez Dior », souligne Stephen Jones, chapelier de longue date de la maison. Ce couvre-chef dans l’esprit Qui Etes-Vous Polly Magoo ? va lancer à coup sûr un revival massif.

C’est un véritable partenariat franco-italien qui s’est noué entre la romaine Maria Grazia Chiuri et la Française Eva Jospin, qui étudia autrefois à la Villa Medicis, l’institut culturel français de la capitale italienne.

Pendant son séjour à Rome, l’artiste a pu visiter le Palazzo Colonna et découvrir sa remarquable Salle aux broderies, dont les murs sont tous ornés de panneaux en tissu.

Le tableau massif qu’Eva Jospin a finalement créé pour Dior faisait référence à une flopée d’artiste ainsi que leurs œuvres : des paysages maritimes de Turner aux jardins de Bonnard, en passant par les ruines antiques de Robert ou les paysages de Vuillard.

Cousu et rebrodé pour l’essentiel en Inde, Chambre de soie est une œuvre géante d’une centaine de mètres de long, produite par Dior, et qui offrait un décor parfait aux dernières créations haute couture de la maison. Chambre de soie restera désormais sous forme d’installation pendant six jours, dans le jardin du Musée Rodin.

Eva Jospin doit présenter sa prochaine exposition à Giverny, temple de l’impressionnisme et foyer de Claude Monet. Une prochaine étape potentielle pour cette nouvelle œuvre gigantesque.

Christian et Claude aurait certainement approuvé.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com