×
6 894
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Christian Dior et Jean-Charles de Castelbajac sur Arte pour la Fashion Week

Auteur :
Publié le
today 25 sept. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après le documentaire Les dessins d’Yves Saint Laurent présenté en septembre dernier, Loïc Prigent s’attaque à un autre monstre sacré de la mode, Christian Dior. Le journaliste star a réalisé avec la société de production Bangumi (dont Yann Barthès est le cofondateur) un sujet de 52 minutes diffusé le 30 septembre prochain à 22h20 sur Arte. Intitulé Les dessins de Christian Dior, ce documentaire s’attarde sur la vie du couturier à travers ses croquis, esquisses et autres œuvres picturales, à l’occasion de la Fashion Week parisienne, qui se tiendra du 24 septembre au 2 octobre 2018.
 

Christian Dior en train de dessiner - Getty Images


Pour évoquer Christian Dior, Loïc Prigent a convoqué proches et anciens collaborateurs, à l’image d’Anne-Marie Gossot, ancienne seconde d’atelier âgée aujourd’hui de 85 ans. A l’aide de quelques croquis de robes, elle raconte comment avant 1946, la mode, marquée par la Seconde Guerre mondiale, est à l’austérité, aux coupes droites et aux couleurs discrètes. Avec Christian Dior arrive l’explosion de la féminité, des jupons qui bougent au gré des pas des femmes et des teintes éclatantes.
 
Les croquis du créateur, conservés au sein de Dior Héritage, le département d’archives de Dior dont l’adresse parisienne est gardée secrète, n’avaient jamais été montrés tous ensemble au grand public comme aux journalistes avant ce documentaire. Ils témoignent de l’histoire de la maison de couture comme de son créateur, qui a toujours dessiné, après une tentative pour être galeriste abandonnée en 1934. Après avoir appris à croquer auprès d’amis dessinateurs, il exerce sa plume pour une marque de chapeaux avant de dessiner la mode pour Le Figaro jusqu’en 1939.
 

Les dessins de Christian Dior - Bangumi


Aujourd’hui, les archives dont dispose Dior Héritage, avec ces dessins d’une grande précision, servent encore à élaborer les collections de la maison, comme en témoigne Florence Chehet, actuelle première d’atelier flou. Et permettent aux directeurs artistiques qui se succèdent à la tête de la maison de déchiffrer le travail du couturier français pour s’approprier son ADN.
 

Jean-Charles de Castelbajac à l'œuvre dans sa chapelle - Arte


En plus de ce documentaire sur Christian Dior, Arte a programmé plusieurs autres sujets sur la mode. Le vendredi 28 septembre à 22h45, la chaîne franco-allemande projettera L’épopée pop de Jean-Charles de Castelbajac, un documentaire inédit de Mathieu César, Stéphanie Trastour et Fabien Henrion. D'une durée de 52 minutes, il revient sur la carrière du créateur, du début des années 60 à aujourd'hui : son amitié avec Keith Haring, le château familial de Loubersan dans le Gers, sa passion de l'héraldique, ses récentes collaborations avec Le Coq Sportif, les dessins à la craie dont il recouvre Paris...

Le designer, qui avoue avoir « l’angoisse de la page pas blanche », se livre face caméra, sur une musique originale du groupe français The Shoes. Un reportage malicieux, passionnant et parfois même spirituel puisqu'il a pour point d'orgue le « plus grand défilé » de Jean-Charles de Castelbajac, à savoir celui organisé en août 1997 à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse en France, événement qui avait rassemblé à Paris les jeunes catholiques du monde entier et où le pape Jean-Paul II s'est rendu entouré de ses évêques, tous vêtus de soutanes dessinées par le créateur français. A cette occasion, le souverain pontife lui aurait dit : « Jeune homme, vous avez utilisé la couleur comme ciment de la foi et de l’espérance ». De quoi donner à penser à Jean-Charles de Castelbajac, aujourd'hui déterminé à « utiliser (son) talent comme la plus belle arme pacifique qui soit ». 

Ce documentaire sera suivi de La ligne Balmain, réalisé en 2014 par Loïc Prigent. Le dimanche, la soirée thématique commencera par British Style à 17h35, toujours par l’irrévérent réalisateur aux lunettes rondes, et s’achèvera avec Au fil des enchères – la robe du soir de Balenciaga, d'Antoine Coursat (2016) et le spectacle de danse contemporaine de Sasha Waltz nommé Kreatur, dont les costumes sont signés de la créatrice allemande Iris Van Herpen. Tout un programme.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com