×
5 358
Fashion Jobs
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
5 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christian Dior: un arbre de vie couture

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
5 juil. 2022

Chez Christian Dior, le folklore et la haute couture marchent main dans la main dans un défilé inspiré de l’idée d’arbre de vie. Majestueuses, les pièces témoignent d’une grande virtuosité technique, relevées de broderies spectaculaires. "Un folklore indéfini", sourit la directrice artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri. Le défilé a eu lieu dans le jardin du musée Rodin, décoré pour l’occasion d’immenses tapisseries brodées inspirées de différentes cultures et traditions artistiques, et faisant également référence au travail de l’artiste ukrainienne Olesia Trofimenko et à sa fascination pour l’arbre de vie.


Dior - Haute couture - Automne/hiver 2022 - Dior


Les matières de la collection sont généralement plutôt simples: du lin brut, des crêpes de laine légers et des draps épais. Les coupes, en revanche, sont élaborées et rehaussées de broderies d’une extrême finesse.
 
La palette de couleurs alterne quarante nuances de beige : sable, café au lait, caramel, écru... contrastant avec un noir omniprésent. Les galons en guipure, les soutaches à motifs géométriques et les inspirations slaves abondent.

La maison a fait appel aux meilleurs artisans de Paris, comme Lesage, à qui l’on doit des boléros beiges et des blazers brodés à la main de branches, de feuilles et de fleurs.
 
“Étant donné le contexte actuel, avec la guerre qui fait l’actualité tous les jours et cette pandémie qui n’en finit plus, je crois que nous avons tous le devoir de nous interroger sur le sens et l’objectif de la haute couture“, médite Maria Grazia lors d’un entretien avant le défilé dans son studio donnant sur la Seine.
 
Pour elle, la réponse est claire: un ferme engagement envers l’artisanat et les artisans spécialisés, en évitant toutefois soigneusement les références à une seule région ou une seule culture.
 
C’est la raison pour laquelle elle a choisi le symbole de l’arbre de vie, apparaissant dans de nombreuses mythologies. Son moodboard le confirme, avec des images de chemises hollandaises, de tuniques françaises et d’illustrations du musée du folklore, à Kiev.
 
"Actuellement, célébrer l’artisanat est essentiel", revendique Maria Grazia Chiuri. Elle s’inspire également des lignes épurées du Bauhaus. Ce mouvement artistique fondé en 1919 était basé sur l’idée que les artistes et les designers avaient un rôle crucial à jouer dans les moments politiques sensibles.
 
La couturière italienne puise également dans le nouveau Bauhaus européen et renouvelle son idée de 2020: construire un réseau d’artisans sur tout le continent dans ce moment historique difficile. Ce n’est pas sans rappeler Monsieur Dior, qui a fondé sa maison juste après la deuxième Guerre mondiale, en 1946, et a montré sa première collection en 1947.
 
Une Toccata et Fugue en ré mineur, sombre et grave, donnait le ton alors que les mannequins d’allure juvénile de Maria Grazia Chiuri défilaient en bottines victoriennes lacées et ajourées, élégantes et propres sur elles.


Dior - Haute couture - Automne/hiver 2022 - Dior


Ici, le chic se veut discret, avec un message de renouveau et de cycle de la vie. Tous les looks ou presque sont décorés de broderies, non identifiées à une région en particulier. Les coupes se veulent pudiques, avec bien peu de peau apparente, et les jupes tombent presque jusqu’au sol.
 
Selon Maria Grazia Chiuri, les motifs et les imprimés voyagent d’un pays à l’autre et se nourrissent des autres cultures, comme l’arbre de vie. Une performance de haute couture syncrétique, puisant dans différentes cultures pour créer quelque chose de nouveau.
 
Et même si Dior fait partie des poids lourds incontestables du luxe, son moodboard de la saison comprenait une image de la couverture de L’Invention de la tradition, du grand historien marxiste Eric Hobsbawm. D’après lui, les traditions généralement vues comme anciennes (comme les tissus à carreaux, par exemple) sont en réalité des inventions très récentes datant des 200 dernières années, soit l’émergence de l’État-nation.
 
En tout cas, il est bien agréable de recevoir ce message visuel de Dior, plaidant pour le libre échange des idées, le mélange des cultures et avertissant à sa manière de la vacuité des nationalismes stériles.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com