Christoph Rumpf : "Je veux créer des vêtements qui se démarquent immédiatement"

Deux mois après son sacre au Festival de Hyères 2019, Christoph Rumpf a donné le 1er juillet dernier le coup d'envoi de la Mercedes-Benz Fashion Week (MBFW) à Berlin. Enrichissant sa collection présentée à Hyères au printemps, le créateur autrichien de 25 ans a ajouté une série de modèles féminins tout aussi spectaculaires. FashionNetwork.com a pu s'entretenir avec le jeune designer en marge de son premier défilé dans la capitale allemande.


Le finale du défilé de Christoph Rumpf, lundi à Berlin - MBFW/Getty

FashionNetwork.com : Comment avez-vous vécu le Festival de Hyères, et plus précisément le moment où on a annoncé que vous aviez remporté le grand prix du jury Première Vision?

 
Christoph Rumpf : Sur l'instant, c'était très stressant. Ce sont mes mannequins qui m'ont poussé sur le devant de la scène. Évidemment, c'était génial ! Il m'a fallu environ une heure pour vraiment réaliser ce qui m'arrivait. Au final, j'étais très excité.

FNW : Qu'est-ce qui a changé depuis ?  

CR :
 Quand je suis revenu, je suis tombé malade. Je n'ai pas eu le choix, j'ai dû prendre une courte pause. Mais depuis, tout s'enchaîne. J'ai beaucoup de travail et c'est formidable. Quand on est étudiant, le but ultime est de travailler dans la mode. C'est très difficile en ce moment, il y a tellement de gens qui veulent étudier la mode, obtenir un emploi dans ce domaine... Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir collaborer avec Chanel ou Petit Bateau. Je n'ai jamais écrit autant d'e-mails de ma vie (rires).


Christoph Rumpf avec le mannequin Stefanie Giesinger en marge de son défilé à la Fashion Week de Berlin. - MBFW/Getty

FNW : À Hyères, vous avez gagné avec une collection de mode masculine. C'est inhabituel. Comment avez-vous analysé cette victoire ? Que signifie pour vous dessiner des vêtements masculins ?

CR : Au cours de ma première année d'études, j'ai exploré le vêtement sans distinction de genre. Puis c'est la mode masculine qui m'a le plus intéressé, et j'ai mis la femme de côté momentanément. Pour la semaine de la mode berlinoise, je me suis remis à la mode féminine et c'était génial. Aujourd'hui, je l'aborde un peu différemment. Plutôt directement sur le corps. Concevoir pour les hommes est plus aisé pour moi, parce que je peux me projeter plus facilement, même si je peux aussi essayer moi-même mes tenues pour femme, parce qu'il se trouve que j'ai les mesures adéquates. Mais en fin de compte, je crois que c'est la mode masculine qui m'intéresse le plus.

FNW : Vos silhouettes majestueuses et la qualité des matériaux utilisés ont retenu l'attention à Hyères. D'où tirez-vous votre inspiration ? 

CR : L'inspiration pour cette collection vient d'une petite histoire. Celle d'un garçon qui grandit dans la forêt et découvre plus tard qu'il est un prince. Il lutte d'abord pour survivre, et ensuite pour s'adapter à son environnement. L'inspiration vient des matériaux que je trouve dans les brocantes ou dans des films comme Pink Narcissus de James Bidgood, ou encore dans les photos de Pierre et Gilles. Mon inspiration vient du monde entier. Je reste attentif à ce que je vois dans la rue et je m'en inspire.


Christoph Rumpf a complété sa collection de Hyères avec une série de vêtements féminins - MBFW/Getty

FNW : Comment imaginez-vous le futur de la mode masculine ?


CR : À mon avis, la mode masculine va retrouver son inventivité. On voit tellement de streetwear en ce moment... Je n'ai rien contre, j'en porte moi-même. Mais je pense qu'il y en a suffisamment en ce moment. Cette tendance n'a pas besoin de moi pour exister. Je veux faire autre chose, quelque chose d'extrêmement élaboré, des vêtements qui se démarquent immédiatement. Pour des individus extrêmement sûrs d'eux et qui veulent le montrer, ou au contraire terriblement timides et qui pourraient avoir besoin d'un look pour exprimer davantage leur personnalité.

FNW : Comment s'est passée votre participation à la MBFW ?

CR : C'était super. Tout d'abord, c'est une équipe super organisée. J'ai été soutenu par tellement de monde ! Et puis c'est incroyable d'avoir eu cette opportunité. Je veux toucher le plus de gens possible et ce premier défilé de mode pendant la MBFW est une expérience à fois précieuse et unique.

FNW : Quelle est la prochaine étape ? Quels sont vos projets ?

CR : J'aimerais avoir mon diplôme (à l'école des arts appliqués de Vienne, ndlr) et dans le même temps réaliser ma prochaine collection, qui sera présentée à Hyères. Faire les deux en même temps. Je ne peux pas encore définir clairement les prochaines étapes. J'espère avoir mon propre studio un jour, mais je suis aussi ouvert à l'idée de travailler pour quelqu'un.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER