Clarks relocalise une partie de sa production en Grande-Bretagne

La marque de chaussures britannique Clarks relance une production à grande échelle au Royaume-Uni pour la première fois depuis plus de dix ans. Un nouvel atelier dans le sud-ouest de l’Angleterre va ainsi reprendre la fabrication de la Desert Boot, aux côtés de ses usines au Vietnam et en Inde.


Desert Boots Clarks en cuir couleur châtaigne - Instagram: @clarksoriginals

Fondée il y a 193 ans, Clarks est distribuée dans plus de 90 pays. Selon la marque, cette nouvelle unité de production située à proximité de son siège social à Street, dans le Somerset, sera capable de produire 300 000 paires de Desert Boots par an avec des délais de livraison plus courts.

La dernière usine de Clarks au Royaume-Uni, dans le nord-ouest de l’Angleterre, avait été fermée en 2006 après la délocalisation de la production en Asie de l’Est.

La reprise de la production en Grande-Bretagne est significative et reflète une demande accrue pour les chaussures « made in Britain » à l’international.

Cette nouvelle usine viendra s’ajouter aux autres fournisseurs actuels de Clarks et permettra un temps de réponse plus rapide pour mieux s’adapter aux tendances en évolution perpétuelle. « Nous avons pris cette décision pour avoir l’opportunité d’implanter une unité de production proche géographiquement de notre marché de vente », explique le directeur exécutif de Clarks, Mike Shearwood. La production devrait débuter dans les prochaines semaines.

Le déclin de l’industrie de la chaussure en Grande-Bretagne a commencé dans les années 1960 et s’est rapidement accru dans les années 1980 et 1990, en raison de l’importation de produits moins chers venus de pays aux coûts de main d’œuvre réduits, mais aussi du fait de la popularité grandissante de la basket en tant qu’article de mode.

La production annuelle du Royaume-Uni atteignait les 180 millions de paires au milieu des années 1980, contre 6,5 millions de paires seulement aujourd’hui, malgré une croissance de 30 % depuis 2008, selon les chiffres de la Fédération Britannique de Chaussure. Environ 30 usines fabriqueraient encore des chaussures au Royaume-Uni, dont 60 % partent à l’export.

Mike Shearwood, ex-patron de la marque Karen Millen, a rejoint Clarks en tant que PDG en 2016. Il a déclaré que cette nouvelle usine à 3,4 millions d’euros combinerait des technologies assistées par intelligence artificielle et une main d’œuvre humaine qualifiée. 80 postes ont été créés. « Nous nous sommes tournés vers les secteurs de l’automobile et de l’aviation, et nous avons utilisé certaines de ces technologies pour modifier drastiquement notre façon de faire des chaussures », a affirmé Mike Shearwood à Reuters.

Et si cette usine pilote de Street fonctionne bien, d’autres unités de production pourraient être ouvertes dans le monde.

Mike Shearwood tente de mettre en place une nouvelle stratégie pour cette marque familiale, centrée sur la hausse des prix de vente moyens et le développement de sa présence digitale.

Les résultats financiers de Clarks pour 2017/2018 montraient un résultat d’exploitation en chute de 29 %, à 42,5 millions de livres (48,44 millions d’euros), avec un chiffre d’affaires en repli de 7 %, à 1,54 milliard de livres (1,75 milliard d’euros). Durant la période, la marque a vendu 47,6 millions de paires de chaussures dans 1 514 boutiques.

« Le contexte du secteur est toujours difficile pour tout le monde, avec des coûts en augmentation perpétuelle et des attentes client changeantes », s’est justifiée la compagnie.

Traduit par Clémentine Martin

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.

Mode - ChaussuresIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER