×
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
25 sept. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Clarks serait sur le point de vendre une part de son capital à LionRock ou Altery

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
25 sept. 2020

Clarks, le géant britannique de la chaussure, serait sur le point de céder une participation à une société de capital-investissement, ce qui mettrait fin à plus de deux siècles de propriété majoritaire de la famille de son fondateur.


Image: Sandra Halliday


L'accord devrait être conclu le mois prochain avec le spécialiste du redressement Alteri Investors, l'un des deux acheteurs potentiels. Alteri a déjà investi au capital d'Austin Reed, et contrôle les chaînes de chaussures Brantano et Jones Bootmaker.

La société hongkongaise LionRock Capital, qui n'a pourtant jamais réalisé d'investissements dans le secteur de la mode, serait l'autre candidat à l'achat de cette participation au capital de Clarks, selon un reportage de la chaîne de télévision Sky News.

La famille Clark conservera probablement une participation dans la société, même si certaines sources laissent entendre qu'elle pourrait être inférieure à 50% ; si c'est le cas, elle perdra le contrôle de l'entreprise pour la première fois depuis la création de la société en 1825.

Clarks cherche un acquéreur depuis le printemps dernier, et aimerait recueillir entre 100 et 150 millions de livres (entre 109 et 164 millions d'euros), à injecter dans l'entreprise.

Clarks connaît des difficultés depuis plusieurs années. Au cours du dernier exercice pour lequel nous disposons de résultats, la société a enregistré une perte nette de plus de 80 millions de livres (87 millions d'euros) — à l'époque, elle avait déclaré qu'un certain nombre de ses 345 magasins pesaient sur ses activités. Depuis, la crise du coronavirus a aggravé ses problèmes, les chaussures ayant été l'un des secteurs de la mode les plus affectés par la pandémie au Royaume-Uni. 

L'entreprise a mis à pied un grand nombre de ses employés pendant le confinement, mais n'a pas l'intention d'imiter d'autres grandes enseignes en engageant une procédure de sauvegarde. Avant la pandémie, l'entreprise avait entamé un programme de redressement qui est toujours en cours.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com