×
Publicités
Publié le
2 oct. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Coeurs de ville : lancement du 1er comité de pilotage de redynamisation commerciale

Publié le
2 oct. 2020

Le 30 septembre s’est tenu le premier comité de pilotage du projet de redynamisation des commerces. Inscrite dans le cadre du plan France Relance, le dispositif entend notamment piloter la création d'une centaine de foncières commerciales voulues par le gouvernement pour remédier à la vacance commerciale.


Shutterstock



Le Comité est piloté par le ministre délégué aux PME, Alain Griset, et par la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. Ce sont au total 800 millions d’euros qui sont mis sur la table par l’exécutif, via la Banque des Territoires. Des fonds qui ont pour mission d’investir dans ces projets de foncières, mais également d’engager des prêts de renouvellement urbain et de soutien en ingénierie.

“Pour faire face aux enjeux de vacance commerciale dans les centres-villes, France Relance porte une stratégie ambitieuse par la création d’un fonds de soutien de 60 millions d’euros pour la période 2021 à 2022” indiquent par ailleurs les ministères. “Ce fonds permettra la création de foncières territoriales qui investiront dans la rénovation et la transformation de 6.000 cellules commerciales sur l’ensemble du pays. Le fonds de soutien interviendra pour impulser comme pour soutenir des projets locaux, en cohérence avec les actions déjà engagées dans le cadre notamment des programmes de revitalisation 'Action cœur de ville' et 'Petites villes de Demain'".

Le comité de pilotage est destiné à se réunir chaque mois en présence des ministres concernés. Ces derniers décideront des projets et suivront leur avancement, le tout en “étroite coordination” avec les régions et EPCI (établissements publics de coopération intercommunale). L’Agence nationale de la cohésion des territoires ainsi que les Chambres de Commerce et de l’Industrie seront également mis à contribution dans le processus de décision et d’exécution, indique Bercy.


Shutterstock



De longue date mobilisée face au problème croissant de la vacance commerciale des villes petites et moyennes, la fédération Procos pour le commerce spécialisé avait, lors du déconfinement, une fois de plus tiré la sonnette d’alarme. Pour l’instance représentative, les difficultés rencontrées par les commerces ne doivent plus faire redouter le seuil de 10 % de surfaces vides, mais bien le spectre de vacance touchant de 20 à 30 % des surfaces. Mais l’idée de foncières créées localement pour contrer le phénomène est loin de faire l’unanimité du côté des commerçants.

"L'idée de créer des foncières pour repeupler les centres-villes, c'est curatif et non préventif", s'agaçait ainsi début juillet Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du Commerce (enseignes mode et chaussures). "Reprendre, moderniser et louer ces surfaces implique que cela va concerner des commerces qui vont fermer, au lieu de les aider à rester ouverts. Pire : durant le temps où ces commerces seront en travaux, cela risque de faire à nouveau exploser les taux de vacance en villes moyennes".
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com