×
Publicités
Par
AFP
Publié le
8 janv. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Colère des salariés de L'Equipe face au plan social de la direction

Par
AFP
Publié le
8 janv. 2021

Le malaise persiste au sein du groupe L'Equipe où la présentation d'un plan de sauvegarde prévoyant la suppression d'une quarantaine d'emplois suscite la colère et l'incompréhension des syndicats et salariés, selon des courriers internes consultés vendredi par l'AFP.


AFP



Confronté à des difficultés financières nées de l'arrêt des compétitions sportives au printemps 2020 avec la crise du coronavirus, le groupe est traversé par de vives tensions depuis juin dernier.

Les salariés s'étaient alors opposés au projet d'accord de performance collective présenté par la direction, prévoyant une baisse des rémunérations de 10% et des jours de RTT en échange de la préservation des emplois sur la période 2020/2024.

Le groupe, qui édite le journal L'Equipe, L'Equipe Magazine, Vélo Magazine, France Football, Sport & Style mais aussi la chaîne de télévision L'Equipe, compte environ 700 employés.

La direction a répondu fin octobre par l'annonce d'une réorganisation et d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) au sein de la SAS L'Equipe qui regroupe les publications. Celles-ci sont fragilisées par un marché publicitaire incertain et la baisse des ventes au numéro.

L'intersyndicale relève des «conditions (de départ) bien inférieures à celles qui prévalaient lors des PSE» précédents alors que «la situation financière du groupe ne s'est pourtant pas dégradée».

L'intersyndicale appelle la direction à revoir «toute sa copie au lieu de se montrer sourde devant la colère des salariés qui enfle», les éditeurs, iconographes, correcteurs et journalistes ayant manifesté leur mécontentement dans des courriers adressés à la direction.

Sollicitée par l'AFP, cette dernière n'a pas souhaité commenter.
Côté journalistes, 115 reporters de L'Equipe, L'Equipe Magazine et de France Football s'indignent de la suppression de 13% de leurs effectifs, soit 17 postes.
Ces derniers demandent l'abandon du PSE dont ils disent ne pas comprendre «le timing, ni le contenu».

Il «conduira à une nouvelle dégradation de nos conditions de travail dont nous ne supportons plus qu'elles soient à ce point sacrifiées depuis plusieurs années maintenant», déclarent-ils. «Comment croire à un rebond si nous négligeons, peu avant des échéances olympiques (2021 et 2024), le suivi régulier de disciplines entières, prétendus +petits sports+ individuels ou collectifs, qui ont pourtant fait l'histoire et la richesse de notre journal?», s'interrogent-ils. Faisant part d'une ambiance «lourde, triste, morose» dans leurs rédactions après avoir «encaissé les coups, les PSE, les réorganisations» depuis des années, les journalistes émettent «de sérieux doutes sur le cap choisi».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.