×
Publicités
Publié le
15 oct. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Commerce CtoC : la recommandation communautaire, un nouvel enjeu 

Publié le
15 oct. 2014

A l’occasion de la 9e édition du baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay, le secteur du commerce entre particuliers démontre une nouvelle fois son rôle de précurseur des nouveaux comportements de consommation en révélant l’éclosion d’une économie de la recommandation.

Les avis vecteurs de croissance dans le commerce CtoC.

Ainsi en 2014, deux cyberacheteurs sur trois pratiquent le CtoC. En outre, les derniers chiffres démontrent que la mode occupe une place prépondérante sur ce secteur.

Les vêtements sont ainsi les articles les plus achetés et vendus, respectivement 24 % et 29 %, derrière les livres (36 % et 31 %) et devant les jouets et la puériculture (16 %).

Une position qui n’a eu de cesse d’évoluer depuis la première édition du baromètre, en 2006, puisqu’à l’époque les vêtements figuraient à la 6e place des articles les plus achetés.

Il s’agit donc d’une belle progression qui témoigne du changement de comportement des consommateurs, également illustré par la chute des DVD et VHS qui arrivaient en 2006 en tête du classement contre la 5e place en 2014.

Les motivations des consommateurs pour l’achat et la vente en CtoC sont quant à elles variées : la qualité (97 %), le prix (95 %), trouver des articles introuvables ailleurs (84 %) mais aussi être écologique (90 %), acheter des produits plus récents (78 %) et compléter ses revenus (72 %).

Il est important de noter que ce sont les mêmes motivations que celles qui ont permis à l’économie partagée d’émerger. 

Mais si, aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le CtoC, c'est avant tout car ils ne font plus confiance aux acteurs traditionnels. 

"En réalité, cela fait longtemps que ce phénomène existe. C'était déjà le cas quand on allait faire du shopping avec une amie. On avait plus confiance en son avis qu'en celui de la vendeuse. C'est le même principe", explique Stéphanie Tramichek, directrice générale de Pinterest France, qui est intervenue à l'occasion de la présentation des résultats.

Il n'est donc pas surprenant que 87 % des sondés déclarent avoir confiance pour des transactions entre particuliers via une plateforme internet (eBay, Priceminister, Etsy, etc). C'est le signe que les consommateurs font dorénavant plus facilement confiance à leurs pairs qu'à des professionnels.

Résultat ? Les avis s’immiscent dans tout l'e-commerce. Les chiffres le démontrent, puisque 87 % des sondés utilisent régulièrement des sources d'informations pour s'aider dans leurs achats.

Ils sont donc 83 % à lire les avis sur le produit ailleurs sur internet, 90 % à regarder la note attribuée au vendeur, 68 % à suivre les recommandations de leurs proches, 64 % à faire appel à des comparateurs de prix et 46 % à se fier à des articles dans la presse (papier ou Internet).

En outre, ces commentaires influencent énormément l’acte d’achat, surtout les négatifs...

Envrion 74 % des personnes interrogées déclarent ainsi renoncer régulièrement à un achat à cause de commentaires négatifs (60 % quand ils sont formulés par des proches, 58 % quand ils viennent d’internet/réseaux sociaux/avis lus, vus ou entendus).

Néanmoins, les commentaires positifs peuvent aussi déclencher des achats imprévus. Ils sont ainsi 41 % à déclarer régulièrement réaliser des achats spontanés suite à des commentaires positifs.  

Ces chiffres sont certes issus d'une étude dédiée au commerce entre particuliers, pour autant, ce phénomène ne s'applique pas seulement à ce secteur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com