Commerce spécialisé : une année 2017 atone pour les enseignes françaises

La Fédération du commerce spécialisé Procos a dévoilé le bilan annuel des enseignes françaises : l’activité se révèle stable, puisque les ventes enregistrent en 2017 une très légère baisse de 0,2 %, à surface comparable, après une année 2016 tout juste positive (+0,2%).


Evolution mensuelle du chiffre d'affaires des enseignes en 2017 (comparé à 2016) - Procos

Concernant les secteurs d’activité, l’équipement de la personne se révèle en recul de 0,9 % sur l’année, tandis que la culture-loisir (+0,7 %), la restauration (+0,5 %) et les services (+1,6 %) achèvent l’année en positif.

"Sur deux ans, l’activité des enseignes est à zéro, alors que nous avons affaire à des acteurs qui font tous les efforts possibles pour générer de la croissance", avance André Tordjman, administrateur de Procos et fondateur de Little Extra. "Cela pose une question structurelle. Les médiocres disparaissent, les bons survivent et les très bon vivent. Il faut dire aussi que le pouvoir d’achat des Français n’augmente pas autant que la surface commerciale et le nombre de promotions pratiquées".

L’activité globale des enseignes, en décembre 2017, s’affiche en baisse de 1,4 %. L’activité du mois aurait été pénalisée par des anticipations d’achats de Noël relatives aux opérations du Black Friday. "Après un très mauvais mois d’octobre (-12,7 %), et un mois de novembre plutôt bon (+4 %), marqué par un effet Black Friday, décembre est un peu décevant, surtout en centre-ville où la chute est de 3,8 %, et même de 5,6 % pour les pieds d’immeubles", analyse Emmanuel Le Roch, délégué général de la fédération.

Après un vrai rebond troisième trimestre (+5,4 %), qui pouvait augurer une fin d’année positive, le quatrième trimestre de l’année déçoit donc, puisque les ventes font état d’un repli de 3,4 % sur les trois derniers mois. Tous les types d’emplacements sont à la peine, mais le centre-ville accuse une plus forte baisse (- 4,2 %), que la périphérie (-2,9 %).

Selon Emmanuel Le Roch, plusieurs enseignes adhérentes de la fédération constatent que les soldes d’hiver démarrent timidement. Le début d’année 2018 pourrait s’inscrire dans la continuité de la fin d’année. Pour les 12 mois à venir, "une augmentation faible du pouvoir d’achat ne devrait pas permettre d’envisager une dynamique forte en matière de consommation", conclut la fédération, qui a ajouté à son analyse un nouvel outil de mesure de la fréquentation des magasins, en partenariat avec la société Stackr.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER