Commune de Paris se met en stand by pour ses 10 ans et recherche un investisseur

Drôle d’année pour Commune de Paris. 2019 est en effet l’année de son dixième anniversaire et celle de l’annonce de l’arrêt temporaire de la marque. Alexandre Maïsetti, cofondateur et dirigeant, a pris la décision de ne pas produire la collection automne-hiver 2019-2020 qu’il avait vendue. Les prototypes du printemps-été 2020 n’ont pas été fabriqués non plus. Son objectif actuel : trouver un investisseur qui va lui permettre de lui donner les moyens de passer un cap.


Commune de Paris a été pionnière dans le renouvellement des marques de mode masculine - DR

La décision a dû être difficile à prendre, mais elle apparaît sage. « Nos ventes stagnaient depuis deux-trois ans, même si nous avons légèrement progressé en 2018. J’ai préféré anticiper avant que ce soit trop compliqué financièrement. Nous nous sommes fait planter plusieurs fois par des clients et je l’ai tellement mal vécu que je ne voulais pas faire ça à mes fournisseurs et à mes clients. Je leur ai donc expliqué ma décision. Les acomptes sur les ventes de l’hiver prochain seront remboursés. Il y a eu un gros travail de réflexion et d’analyse qui m’a conduit à me dire qu’il me manquait des ressources financières et humaines », reconnaît Alexandre Maïsetti.

Commune de Paris possède un magasin rue Commines, dans le Marais, ouvert en 2015, qu’il va conserver au moins jusqu’à la fin de l’année. La griffe va produire de petites séries de vêtements et d’accessoires en utilisant notamment les stocks de tissus restants pour alimenter ce magasin et l’e-shop. La collection printemps-été en cours est distribuée chez près de 80 revendeurs dont la moitié à l’export (Asie et Europe). Depuis quelques saisons, la marque a subi le contrecoup des fermetures de clients multimarques français laissant des ardoises qui s’accumulent au fil du temps. Le mouvement des gilets jaunes n’a pas arrangé la situation. Alexandre Maïsetti estime qu’entre 10 et 20 % de ses clients multimarques ont fermé. Or, ces fermetures ne sont pas toujours compensées par des ouvertures de comptes.


La marque conserve son magasin du Marais et espère trouver un investisseur pour redémarrer - DR

A l’origine, Commune de Paris, 1871, a été fondée par trois associés : Alexandre Maïsetti, Sébastien Lyky et Edouard Launay. La direction de la marque s’est assez vite concentrée autour des deux premiers jusqu’à ce qu’Alexandre Maïsetti se retrouve seule tête pensante et décisionnaire. « L’équipe a compté jusqu’à une dizaine de personnes dont six CDI, mais j’étais le seul senior. C’est vrai que j’ai fini par être un peu esseulé », admet le dirigeant de la griffe.

Pourtant, Commune de Paris, 1871, a su montrer qu’elle avait une clientèle et un potentiel. Durant ses sept premières années d’existence, son chiffre d’affaires affichait des progressions à deux chiffres avant d’atteindre un palier à un peu plus d’un million d’euros. « En France, nous avons été l’une des premières marques masculines à nous positionner sur une offre créative et d’une qualité haut de gamme sur un segment de prix moyen-haut de gamme. Nous avons tenu jusque-là, mais aujourd’hui, nous sommes trop limités par notre manque de moyens. En plus, le marché a changé. Le rythme des saisons n'a plus de sens de même que la pression des promotions devenues quasiment permanentes. »

Un investisseur permettrait de relancer la marque avec une collection permanente identitaire non tributaire des saisons et des capsules saisonnières et des collaborations qui seraient injectées de façon plus pertinente, notamment en lien étroit avec la météo du moment. Surtout, cet investisseur permettrait d’embaucher de nouveau et de développer le retail. A bon entendeur. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER