×
Publicités

Contrefaçon : fin de l'anonymat pour les vendeurs américains d'Amazon

Publié le
15 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Afin de combattre les ventes de contrefaçons et autres fraudes, Amazon vient d'annoncer à ses vendeurs américains qu'ils devront bientôt préciser le nom de leur structure et leur adresse aux acheteurs. Un alignement sur les pratiques déjà en place sur sa plateforme au Mexique, en Europe ou au Japon qui devrait intervenir au 1er septembre.


Shutterstock


Cette évolution du dispositif intervient alors que le géant américain de la vente en ligne était régulièrement taclé pour son manque d'engagement face aux produits contrefaits. L'objectif affiché est d'aider les marques à entamer des procédures contre les vendeurs de biens contrefaits.

Le dispositif s'inscrit dans la suite du "Project Zero" annoncé l'an passé pour le groupe, et complété depuis avril par une confirmation via visio-conférence de l'identité des vendeurs.

Le dispositif doit également permettre de lutter contre des fraudes liées aux taxes américaines. Un problème que connaissent également bien les portails en Europe, où de très nombreux vendeurs échappent à la TVA. Le ministère français de l'Economie avait fin 2019 tapé du poing sur la table, estimant que 98% des vendeurs présents sur les marketplaces ne sont pas immatriculés auprès des autorités fiscales.

Un problème auquel l'Europe a récemment remédié en imposant aux e-commerçants de transmettre à ses autorités fiscales les relevés de vente de leurs vendeurs. Dans certains pays dont la France, si les vendeurs ne paient pas la TVA, ce sont aux plateformes de le faire. A compter de 2021, l'UE a même décidé que les plateformes devront s'acquitter systématiquement de la TVA, leurs laissant le soin de la récupérer auprès de leurs vendeurs.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com