×
Publicités

Coronavirus : l'inquiétude monte chez les fabricants asiatiques de produits de mode

Par
Reuters
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
5 mai 2020
Temps de lecture
7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les moyens de subsistance de millions de travailleurs asiatiques de l'habillement sont actuellement menacés par les annulations de commandes des grandes marques de mode, ce qui inquiète à la fois les syndicats, les chercheurs et les militants locaux, qui craignent que la pandémie n'ait des effets délétères sur ce secteur régulièrement pointé du doigt pour ses violations du droit du travail.

Magasins fermés, chute des ventes : de nombreuses enseignes occidentales annulent leurs commandes ou demandent des remises à leurs fournisseurs asiatiques, notamment au Cambodge ou au Bangladesh. Résultat, de nombreux employés du secteur ont été licenciés, ou ont dû accepter de travailler sans salaire. 


Inditex


Selon plusieurs observateurs de l'industrie de la mode, 60 millions de travailleurs pourraient avoir du mal à surmonter la crise, à moins que davantage de marques ne prennent leurs responsabilités. Des poids lourds comme Adidas, H&M et le propriétaire de Zara, Inditex ont promis de payer intégralement toutes leurs commandes, qu'elles soient livrées ou encore en production, selon le Consortium pour les droits des travailleurs (WRC), qui a mené une étude sur 27 des plus importants détaillants de mode mondiaux.

Toutefois, le groupe de surveillance américain a constaté qu'environ la moitié d'entre eux n'avaient pris aucun engagement de ce type pour honorer leurs contrats. Plusieurs détaillants, dont Asos, C&A, Edinburgh Woollen Mill, Gap et Primark, ont déclaré à la Thomson Reuters Foundation qu'ils avaient été contraints de suspendre ou d'annuler certaines commandes, tout en assurant maintenir le contact avec leurs fournisseurs afin d'atténuer l'impact économique de ces annulations.

Côté fabricants, autre son de cloche. À les entendre, ceux-ci ne font pas le poids face à leurs interlocuteurs occidentaux, ce qui pourrait entraîner des pertes d'emplois. "On n'a jamais pu vraiment négocier avec les acheteurs", indique ainsi un important fournisseur de vêtements du sud de l'Inde, qui préfère garder l'anonymat pour protéger son entreprise.

Face au tollé général provoqué par ces annulations, plusieurs marques ont accepté de rétablir certaines commandes — pas toutes —, tandis que d'autres ont exigé des remises, des délais de paiement ou se sont contentées de laisser leurs fournisseurs dans l'incertitude, rapporte Penelope Kyritsis, directrice adjointe au WRC. "Ne pas s'engager à honorer l'intégralité de ses commandes, c'est adopter une conduite irresponsable envers ses fournisseurs", tranche-t-elle.

Il y a quelque temps, le WRC estimait que les annulations de commandes représentaient un manque à gagner de plus de 24 milliards de dollars (près de 22 milliards d'euros) pour les fournisseurs ; ce chiffre est probablement redescendu après les revirements de certaines marques. Mais selon la Fédération internationale de l'industrie textile, les commandes ont baissé de près d'un tiers dans le secteur de l'habillement. "La pandémie de Covid-19, à l'instar de la catastrophe du Rana Plaza, révèle comment les chaînes d'approvisionnement profitent aux entreprises au détriment des fournisseurs et, par conséquent, des travailleurs", conclut Penelope Kyritsis.

La catastrophe du Rana Plaza, du nom de cet immeuble au Bangladesh dont l'effondrement avait tué 1135 travailleurs de l'habillement en 2013, avait déclenché plusieurs initiatives pour améliorer les conditions et les droits du travail à l'échelle mondiale — les experts sont cependant divisés sur le rythme et la portée de ces réformes. Certains observateurs de l'industrie estiment que l'attention suscitée par la crise sanitaire pourrait donner un nouveau souffle à la mobilisation, quand d'autres craignent que la pandémie n'érode les avancées récentes sur le terrain.

Des réputations en danger



Les revenus du secteur de l'habillement, qui s'élèvent à 2500 milliards de dollars, pourraient chuter de 30 % en 2020, selon un récent rapport du cabinet de conseil en gestion McKinsey, qui prévient que les entreprises de mode pourraient être les plus touchées par la crise qui s'annonce.

Les marques de vêtements, les syndicats et les organisations patronales ont annoncé la semaine dernière la création d'un groupe de travail, convoqué par les Nations Unies, afin d'aider les fabricants à payer leurs salariés et à survivre à la crise, tout en garantissant l'accès des travailleurs aux soins de santé et à la protection sociale. Toutefois, selon le WRC, certains des détaillants qui soutiennent l'initiative n'ont pas atteint son objectif — garantir que toutes les commandes, livrées ou en cours de production, soient payées dans les temps.

"Visiblement, certaines marques préfèrent soigner leur image publique plutôt que d'honorer leurs contrats", ironise Fiona Gooch, conseillère politique principale au sein du groupe de défense Traidcraft Exchange. "Les détaillants se servent du Covid-19 pour mettre en danger leurs fournisseurs et exiger des remises... certains se comportent comme des voyous", tranche-t-elle, à quelques jours de la Fête du Travail. "Ces mauvais comportements pourraient nuire à leur réputation, après la crise".

En revanche, les entreprises qui font preuve d'équité et de transparence sur les droits des travailleurs pendant cette période troublée pourraient attirer de nouveaux investisseurs, prédisent plusieurs experts en placement de fonds. Ce mois-ci, un groupe de 286 investisseurs pesant plus de 8200 milliards de dollars d'actifs a exhorté les entreprises à protéger autant que possible leurs relations avec leurs fournisseurs, et à garantir les droits des travailleurs dans leurs chaînes d'approvisionnement.

Des remises et des annulations



Selon deux fournisseurs bangladais, qui s'expriment sous couvert d'anonymat, certains détaillants — notamment la société britannique Edinburgh Woollen Mill (EWM) — ont exigé des rabais allant jusqu'à 70 %, un chiffre qui ferait perdre de l'argent aux fabricants sur ces commandes.

Selon un propriétaire d'usine indien, EWM aurait exigé une remise de 50 %, en précisant que le paiement restant ne serait versé qu'après la vente de 70 % des marchandises en question. "EWM adopte un comportement opportuniste, abusif et contraire à l'éthique", déplore-t-il, ajoutant que la plupart de ses autres acheteurs occidentaux ont "agi raisonnablement" dans le cadre des négociations engagées autour de leurs commandes.

Un porte-parole du groupe EWM — qui contrôle également des marques comme Jane Norman et Peacocks — assure que des négociations sont en cours avec ses fournisseurs pour trouver une solution "qui leur convienne". "Ce n'est pas ce que nous souhaiterions faire en temps normal, mais les circonstances actuelles sont telles que cela devient nécessaire", plaide-t-il.

De nombreuses marques ont fait valoir des clauses de force majeure dans leurs contrats, invoquant des circonstances extraordinaires et imprévues pour annuler leurs commandes. Mais selon plusieurs experts juridiques, il faut encore déterminer si la pandémie peut justifier le recours à cette clause, déclenchée habituellement par les guerres ou les catastrophes naturelles.

Pour l'Organisation internationale des employeurs (OIE), le plus grand réseau de défense du secteur privé au monde, de manière générale, les marques ont agi de manière responsable dans le cadre des négociations avec leurs fournisseurs. "Toutes les marques et tous les acheteurs sont sous pression... des arrangements flexibles ont été mis en place et fonctionnent déjà, dans une certaine mesure au moins", assure le secrétaire général de l'OIE, Roberto Suárez Santos. "La situation est difficile pour tout le monde".


Vers un recul des droits des travailleurs ?



Selon un rapport publié cette semaine par le cabinet de conseil en gestion des risques Verisk Maplecroft, les travailleurs du secteur de l'habillement récemment licenciés pourraient se tourner vers des emplois précaires, où ils risqueraient d'être victimes de travail forcé, voire d'imposer le même traitement à leurs enfants pour remédier à la perte de leurs revenus.

Dans des pays comme la Birmanie, certaines usines ont licencié des ouvriers syndiqués en invoquant une baisse des commandes, tout en conservant des employés non syndiqués, selon des militants qui craignent que la pandémie ne provoque également une érosion des droits, qui pourrait passer inaperçue dans la tourmente actuelle. "Nous devons veiller à ce que les droits et les conditions de travail des ouvriers ne soient pas remis en cause par la crise", martèle Aruna Kashyap, avocate principale de la division consacrée aux droits des femmes de Human Rights Watch, qui exige également que la santé des travailleurs soit prise en compte.

Alors que la plupart des usines fonctionnent toujours au Cambodge et que des centaines d'entre elles ont rouvert au Bangladesh cette semaine, plusieurs défenseurs des droits des travailleurs se disent inquiets face à la faible application des mesures de distanciation physique et d'hygiène. Au Cambodge, par exemple, des petites mains s'inquiètent pour leur santé au travail, mais rappellent qu'elles ont des familles à nourrir. Au Bangladesh, une source du ministère du Travail reconnaît que les quelque 500 usines qui ont repris leurs activités ne sont pas en mesure de faire respecter les mesures de distanciation physique par leurs salariés.

Garantir la sécurité des employés sur leur lieu de travail, c'est justement l'un des objectifs du groupe de travail soutenu par l'ONU, qui exhorte par ailleurs les donateurs, les institutions financières et les gouvernements à accélérer l'accès au crédit, aux allocations de chômage et aux compléments de revenus. Pour ces militants, il est nécessaire que les régimes d'aide et de sécurité sociale des pays producteurs de vêtements soient en partie financés par les marques elles-mêmes, et que la réglementation des pays occidentaux contraigne les entreprises à éradiquer les pratiques commerciales déloyales, l'exploitation et l'esclavage moderne.

Mais pour Jenny Holdcroft, du syndicat IndustriALL qui regroupe 50 millions de membres dans le monde entier, la lumière jetée sur les difficultés des travailleurs du secteur et la réaction inégale des marques face à la crise pourrait s'avérer insuffisante pour transformer en profondeur les chaînes d'approvisionnement. "Si l'on examine toute l'histoire de l'industrie de l'habillement, il est peu probable qu'un véritable changement arrive suite à la crise", prophétise ainsi la secrétaire générale adjointe de l'organisation.

"Les dynamiques et les rapports de pouvoir à l'oeuvre dans le secteur permettent aux marques de s'en tirer malgré leurs comportements autocentrés. Il faut que nous placions la barre plus haut pour l'ensemble de l'industrie de l'habillement... tout en empêchant les entreprises les moins éthiques de continuer leurs activités".

La Thomson Reuters Foundation entretient un partenariat avec la Laudes Foundation, elle-même affiliée à l'enseigne C&A.

© Thomson Reuters 2020 All rights reserved.