Costume National demande l’ouverture d’une procédure de concordat préventif

Costume National se trouve en eaux troubles. La marque de prêt-à-porter féminin et masculin, passée récemment aux mains du groupe japonais Sequedge, a demandé au tribunal de Milan à être admise au concordat préventif, procédure de sauvegarde lui permettant de maintenir son activité tout en négociant avec ses créanciers.

Elle devrait présenter sous peu un plan de recouvrement, révèle une source proche du dossier, confirmant les indiscrétions sorties dans la presse locale.

Costume National a défilé pour la dernière fois en février à Milan - © PixelFormula

De fait, la marque fondée en 1986 par le styliste Ennio Capasa et son frère Carlo, qui a longtemps défilé à Paris, était confrontée depuis quelque temps à la crise. En 2015, son chiffre d’affaires serait tombé à 6 millions d’euros, contre 24 millions auparavant, indiquait le quotidien économique Il Sole 24 Ore en mars dernier, lorsque les deux frères Capasa avaient annoncé leur départ de l’entreprise.

Les deux fondateurs de Costume National pensaient réussir à relancer leur marque et même racheter leurs parts. En fait, ils ont dû céder la société à leur partenaire japonais, le fonds Sequedge, qui était entré au capital de Costume National en 2009 avec une part de 17 %.

Selon l’accord passé entre les deux parties, Ennio et Carlo Capasa sont libres « de poursuivre de nouvelles collaborations dans un ample cadre international ». Ils auraient l’intention de lancer une ligne au nom d'Ennio Capasa dès l’an prochain.

En attendant, Sequedge a confié la gestion de Costume National à Stefano Frattini et engagé la fermeture des boutiques de Rome, Milan et New York. La marque ne défilera pas cette saison ni avec l'homme en juin, ni avec la femme en septembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER