×
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 janv. 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Coup d'envoi jeudi 22 janvier des défilés masculins pour l'hiver 2009-2010

Par
AFP
Publié le
19 janv. 2009

PARIS, 19 jan 2009 (AFP) - Les défilés de prêt-à-porter masculin pour l'hiver 2009-2010 débutent jeudi 22 janvier à Paris pour quatre jours avec un programme aussi copieux que les saisons précédentes et cinq nouveaux venus, en dépit d'un contexte économique morose.

Quarante-six défilés figurent au menu, soit deux de plus que la saison passée, en juillet. Comme précédemment, une vingtaine de collections sont visibles sur rendez-vous.

Le calendrier "a rarement ou jamais été aussi dense, ce qui est un peu inattendu étant donné ce qu'est la crise", relève le président de la Fédération française de la couture, Didier Grumbach. En France, "on perçoit la crise mais elle ne nous atteint pas encore", affirme-t-il.

De toutes manières, selon lui, quelle que soit la situation économique, les défilés "restent le meilleur moyen et finalement le moins cher de faire connaître une marque à l'international".

"C'est surtout en juillet ou en janvier prochains (dates des prochains défilés masculins, ndlr) qu'il risque d'y avoir des problèmes", estime-t-on à la Fédération.

Les défilés de deux nouveaux venus sont particulièrement attendus : celui du Britannique Gareth Pugh, qui avait déjà fait sensation l'automne dernier avec sa collection de prêt-à-porter féminin, présentée pour la première fois à Paris, et celui de l'Américain Rick Owens.

Gareth Pugh, 27 ans, considéré par la presse spécialisée comme une étoile montante de la mode britannique, avait séduit Paris avec des tenues cuirassées en noir et blanc, à l'allure futuriste. C'est la première fois qu'il présentera une collection exclusivement masculine.

Diplômé de l'Ecole londonienne Central Saint Martins, le jeune styliste avait présenté sa première collection dès 2005 et a signé des costumes de scène pour la chanteuse Kylie Minogue.

Rick Owens, un Californien de 46 ans au style souvent qualifié par la presse de "glamour-grunge", a créé les premiers modèles sous son nom en 1994 après avoir suivi des cours d'art au Parsons College of Art and Design de Los Angeles puis une formation technique de patronage.

Il a défilé pour la première fois en 2002, à New York, avant de gagner Paris où il vit depuis 2003. Créateur pour homme et femme, il a par ailleurs été directeur artistique de la maison de fourrure Revillon de 2003 à 2006.

Ses vestes ajustées, ses blousons en cuir bouilli, ses pantalons aux ourlets irréguliers ont séduit des rock stars comme Madonna et Courney Love.

Trois autres stylistes font leur entrée dans le calendrier : le Hollandais Francisco Van Benthum, le Britannique Kim Jones pour Dunhill et le Belge Bruno Pieters pour la griffe allemande Hugo Boss. Cette dernière vient d'annoncer une réorganisation de ses activités qui pourrait se traduire par des suppressions d'emplois mais, en dépit du coût, elle a décidé de défiler à Paris plutôt qu'à Berlin comme précédemment pour bénéficier d'"une exposition internationale", a expliqué une porte-parole.

La plupart des grands noms sont à l'affiche et s'égrènent au long des quatre jours : Louis Vuitton, Jean Paul Gaultier, Yohji Yamamoto jeudi, Givenchy et John Galliano vendredi 23 janvier, Kenzo, Emanuel Ungaro et Hermès samedi 24, Lanvin et Dior dimanche 25.

Chez Yves Saint Laurent, Stefano Pilati a décidé d'innover en présentant sa collection en deux temps : lors d'une réception dès mercredi 21 janvier au soir et sur rendez-vous vendredi 23.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.