×
Publicités
Publié le
8 avr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Covid-19 : Bercy vise les 15 millions de masques produits par semaine

Publié le
8 avr. 2020

Durant la semaine du 30 mars au 5 avril, 3,9 millions de masques de protection à usage professionnel ont été fabriqués en France, et 6,6 millions devraient l'être cette semaine, selon Bercy. Face à la mobilisation sans précédent des entreprises de la filière, que le ministère de l'Économie a par la suite placée sous son égide, l'exécutif fixe désormais un objectif ambitieux : porter la capacité de production de ces masques "alternatifs" à usage non sanitaire à au moins 15 millions pour la dernière semaine d'avril.


L'entreprise Lemahieu, qui fournit notamment Le Slip Français, s'est également mise à la production de masques - Lemahieu


Ces masques se divisent en deux catégories : ceux destinés à "des professionnels en contact avec le public" comme les policiers ou les caissières (catégorie 1). Ils filtrent plus de 90 % des particules émises d'une taille supérieure ou égale à 3 microns, contre au moins 70 % pour les seconds, selon un document de la Direction générale des entreprises du ministère. 

S'ajoutent à ceux-ci les marques visant à "protéger l'ensemble d'un groupe portant ces masques et sans contact avec le public" (catégorie 2). Ces masques "ne remplacent en aucun cas les gestes barrières, mais ils peuvent être utilisés en complément de ces gestes et sont qualifiés pour des environnements de travail", insiste Bercy.

Le communiqué précise que 146 modèles ont été qualifiés à ce jour pour leurs propriétés filtrantes, et sont fabriqués par 76 entreprises. Auxquels il faut naturellement ajouter les fournisseurs de matériaux, dont une part de tisseurs tricolores. Parmi les modèles validés par les autorités sanitaires, "12 ont d'ores et déjà été certifiés lavables au moins 5 fois, pour une capacité de production quotidienne à court terme de 456 000 masques", indique Bercy. "Soit l'équivalent d'une production de 3,5 millions de masques à usage unique par jour."

"En faisant encore progresser leurs capacités de production ces prochains jours, notre industrie textile, les femmes et les hommes qui la composent relèvent un défi sans précédent dans notre histoire récente et démontrent leur capacité à s'adapter rapidement afin de servir toute la nation", a déclaré la secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher, qui salue "la mobilisation dont fait preuve notre industrie textile et tous ceux qui y travaillent".

La production de masques est depuis quelques jours pilotée directement par le Comité stratégique de filière (CSF) Mode et Luxe, avec l'appui du Conseil national de l’industrie (CNI), des pôles de compétitivité Euramaterials et Techtera, de l’Union des industries textiles (UIT), de l’Union française mode et habillement (UFIMH) et de l’Institut Français du Textile et de l’Habillement (IFTH)

La réorganisation des entreprises locales autour de la production de masques a pour effet collatéral de limiter les recours au chômage partiel. Et, comme nous l'expliquait la semaine passée la filière régionale Mode Grand Ouest, de nombreuses entreprises sont en stand-by, attendant que les commandes permettent de rouvrir de nouvelles unités, ou de faire venir davantage de personnel volontaire dans les ateliers.

Si Bercy met aujourd'hui en valeur les acteurs textiles du made in France, c'est aussi parce qu'elle a encore besoin d'eux pour un autre produit d'urgence : les surblouses destinées aux équipes médicales. Le 7 avril, l'IFTH a mis à disposition des professionnels les spécifications d'un modèle qui, à la différence des masques, ne nécessitera pas de test et validation par les autorités sanitaires avant mise en production (lire notre article dédié). 

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com