Craig Green revisite la Nuit des morts-vivants

Parmi les inspirations de Craig Green, le créateur de prêt-à-porter masculin le plus inventif outre-Manche, on trouvait pêle-mêle des pharaons égyptiens, des embaumements mexicains, des marins du dimanche, des vidéos YouTube, la musculature humaine et même un Lazare ressuscité... Cela dit, sa principale source d'inspiration résidait dans le principe du miroir.


Voir le défilé
Craig Green - Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula
 
« J'ai réfléchi à la façon dont les gens utilisent les miroirs pour changer leur apparence et modifier leur espace. Pour rendre les pièces plus grandes et plus lumineuses. Et la façon dont nous nous scrutons nous-mêmes », explique le créateur britannique.

Cette saison, son podium était un miroir géant, arpenté par des mannequins qui ressemblaient à de grands voyageurs. Plusieurs tenues étaient rehaussées de tissu réfléchissant - difficile, pourtant, de déterminer à quelle culture celui-ci avait été emprunté.

« Quand j'ai envoyé des photos à des amis pour leur demander ce que ces concepts leur évoquaient, ils sont tous revenus avec des réponses différentes, des miroirs turcs aux temples indiens », plaisante Craig Green, triple lauréat du prix British Menswear Designer. 


Voir le défilé
Craig Green - Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula
 
Mis en scène dans les entrailles du Billingsgate Market, le défilé comprenait une série d'ensembles lumineux, coupés dans des nylons techniques utilisés habituellement pour confectionner les voiles de bateaux, découpés au laser comme de la dentelle, selon des motifs influencés par les linceuls funéraires mexicains - inspiration appropriée pour le public de Craig Green, féru de voyages au long cours.
 
De temps en temps, Craig Green passait à la vitesse supérieure, proposant des motifs étranges et anatomiques, éléments de musculature humaine sur de longues combinaisons en cuir à rabats.


Voir le défilé
Craig Green - Printemps-été 2020 - Prêt-à-porter masculin - Londres - © PixelFormula

Les saisons précédentes, le créateur avait ajouté des armatures architecturales à ses vêtements. Cette fois-ci, il s'est limité à quelques crucifix en bois et en métal portés en pendentifs ou sur des sacs à main, tandis que la résurrection de Lazare était évoquée dans la collection par des découpes étoilées réalisées en soie.

Craig Green s'est également amusé avec ses fameux manteaux délavés et sur ses gilets matelassés, qui cette saison ressemblaient à des tatamis souples, ajoutant une dimension quasi spirituelle à la dernière collection du créateur, l'intellectuel le plus original de la mode masculine.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilésCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER