×
Publié le
19 avr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Cuir: la filière française salue un "net redémarrage"

Publié le
19 avr. 2022

Alors que les chiffres des exportations françaises de textile-habillement pour 2021 sont désormais connus, la filière cuir fait à son tour état d'une reprise notable de l'activité sur l'exercice, avec notamment une sur-performance vers l'Asie et les Amériques.  


CNC


La filière cuir tricolore affiche un excédent commercial de 3,7 milliards d'euros sur l'exercice 2021, chiffre positif pour la quatrième année consécutive grâce à une progression de 23% des exportations sur l'année. L'Hexagone reste ainsi le 4e importateur/exportateur de la filière, derrière la Chine, le Vietnam et l'Italie. Pas moins de 43% des exportations étaient destinées à l'Asie, qui a dopé de 36% ses commandes sur l'année.

Un poids croissant de l'Asie auquel contribue largement l'accélération des commandes chinoises constatée du côté de l'habillement dans son ensemble. Les Etats-Unis ont quant à eux capté 14% des exportations tricolores, grâce à une progression de 37% des commandes. Des commandes qui ont pour ces deux pays porté principalement sur la maroquinerie, qui représente 91% des commandes chinoises (2,25 milliards d'euros) et 80% des commandes américaines (1,42 milliard).

A contrario l'Europe, qui pèse 42% des exportations cuir françaises, affiche selon le CNC une reprise plus mesurée (+9%). Le Conseil National du Cuir note cependant les "bonnes dynamiques" de l'Espagne (+26%), de l'Italie (+18%) et de l'Allemagne (+7%). Brexit oblige, les ventes destinées au Royaume Uni affichent quant à elle une chute de 31%, venant s'ajouter au recul de 30% connu en 2020. Le marché britannique ne capte ainsi plus que 4% des exportations françaises de cuir, contre 9% deux ans plus tôt.



Secteur par secteur, il ressort que la maroquinerie française a dopé ses exportations de 18,6% entre 2019 et 2021, pour passer le cap des 10 milliards d'euros. Les exportations de chaussures ont quand à elles retrouvé leur niveau d'avant crise, après la chute de 11,86% constatée en 2020. Un scénario similaire à celui des cuirs et peaux, dont les exportations retrouvent leur niveau après une chute de 27,3% en 2020.

Les exportations de vêtements en cuir en baisse



La tannerie mégisserie connait pour sa part une reprise plus difficile, avec en 2021 des exportations un quart inférieur à ceux de 2019. "Même si la demande étrangère de cuirs finis reste importante, elle demeure insuffisante pour compenser les pertes engendrées par la crise", explique le CNC. "En 2020, l’épidémie de Covid-19 ayant provoqué un ralentissement exceptionnel de l’activité des fabricants de produits finis en cuirs, elle a entrainé une chute de la demande de cuirs et peaux finis".



Les exportations de vêtements en cuir ont quant à elles chuté de 18,5% l'an passé, après la chute de 11,5% déjà constatée en 2020. Les exportations du secteur de la ganterie se sont quant à elle davantage stabilisées, mais restent sur l'exercice écoulée à un niveau 7% inférieur à celui affiché en 2019.

"La crise liée à la Covid-19 aura laissé des traces, tant sur la manière de consommer que de produire. Les graves événements ukrainiens vont encore amplifier la hausse du coût de l’énergie, la rareté des matières premières, les difficultés de fret", explique le président du CNC, Frank Boehly. "Un contexte qui a de quoi faire changer les équilibres internationaux mais aussi repenser la nature de nos achats, notamment avec une fabrication et des approvisionnements plus locaux, plus raisonnés. La crise est une opportunité pour valoriser nos savoir-faire, l’excellence à la Française, et pour promouvoir la durabilité de notre industrie et de ses produits à un échelon international", pointe le responsable, qui se félicite des liens renforcés avec les commanditaires chinois.
 

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com