×
Publicités
Publié le
5 déc. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans la distribution mode, des grèves s'organisent au sujet des salaires

Publié le
5 déc. 2022

A l'instar du vent de contestation soufflant dans la grande distribution, le secteur mode n'est pas épargné par les mobilisations de salariés ces dernières semaines. Au centre des revendications? Une augmentation de la rémunération et de meilleures conditions de travail en magasin, dans un contexte inflationniste qui fragilise les bas salaires. Les Galeries Lafayette, Zara ou encore Primark sont concernés par des grèves ou protestations devant leurs vitrines.


Shutterstock


Aux Galeries Lafayette, la mobilisation a débuté dans le vaisseau amiral du boulevard Haussmann, le jour de l'inauguration des festivités de Noël. Le 16 novembre, l'intersyndicale a ainsi rassemblé au rez-de-chaussée des salariés insatisfaits par la prime d'activité de 400 euros promise au personnel du grand magasin. Le mouvement s'est ensuite étendu à d'autres adresses Galeries Lafayette en région, notamment à Nice et Montpellier. Une nouvelle journée de grève est programmée le vendredi 9 décembre, tandis que la direction de l'enseigne ne souhaite pas s'exprimer sur ce sujet.

Le géant Inditex fait aussi face à des manifestations. Le vendredi 18 novembre, une cinquantaine de salariés se sont réunis devant le magasin de Marseille, rue Saint-Férréol, pour "demander une hausse de salaire", rapporte France3 Provence. Le 2 décembre, c'est à Lille que des employés de Zara ont organisé "une manifestation festive et sonore" devant le point de vente de la place de la Bourse, a constaté La Voix du Nord.

"On réalise une année record au niveau mondial avec +41%, et +10% en France, et pourtant l’entreprise refuse de partager. On a eu la prime 'partage de la valeur' qui était de 350 euros, alors qu’elle tourne autour de 1.000 euros pour des entreprises équivalentes. On a eu des hausses de salaires mais qui correspondent au minimum des NAO (négociations obligatoires annuelles)", témoigne Imed Ben Ahmed, responsable syndical UNSA chez Inditex, dans les colonnes du quotidien régional. Le journal précise que la direction appelle au dialogue et a déjà opéré des augmentations au cours de l'année.


Mobilisation devant le magasin Zara de Lille - UNSA Inditex


Le 12 novembre, des employés de magasins H&M en France ont également fait grève en désaccord avec la proposition d'augmentation de salaire proposée par la direction. Selon la CGT, plusieurs boutiques du réseau ont dû fermer boutique ce jour-là, au vu de la mobilisation.

Le quotidien La Marseillaise décrit quant à lui une journée de grève ayant eu lieu le samedi 26 novembre au magasin Primark du centre commercial Grand Littoral, dans la cité phocéenne. A l'appel de la CFDT et de la CGT, les salariés de l'enseigne en pleine expansion souhaitaient mettre la pression "sur la direction nationale dans le cadre des négociations pour une hausse des salaires".  

Au-delà de l'habillement, les mobilisations s'intensifient dans tous les secteurs de la distribution, notamment au sein de la chaîne low cost Action, dans des hypermarchés Leclerc, chez l'enseigne de loisirs Cultura ou le spécialiste du bricolage Castorama. La CGT a lancé un appel à tous les salariés du commerce et des services, pour faire grève et manifester le mercredi 7 décembre.

"Historiquement connus pour leurs très bas salaires, les salariés du commerce et des services connaissent aujourd'hui une précarisation extrême du fait de l'inflation galopante de ces derniers mois", contextualise le syndicat, ajoutant que "les négociations de salaires et les propositions gouvernementales sont bien loin de répondre à leurs besoins".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com