×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
9 déc. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans la pré-collection de Carolina Herrera, Jean Shrimpton rencontre Mia Farrow

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
9 déc. 2020

Cette saison, Carolina Herrera se fend d'une véritable déclaration de mode. Son directeur créatif, Wes Gordon, a présenté sa dernière collection lors d'une visioconférence organisée depuis son bureau de New-York, devant un parterre de journalistes triés sur le volet.


Carolina Herrera Pré-collection Automne 2021 - Photo : Carolina Herrera


Pandémie oblige, de nombreux créateurs se tournent désormais vers Zoom pour présenter leurs collections sous la forme de webinaires. De son côté, Wes Gordon a choisi de présenter un à un l'ensemble de ses 43 looks, tous marqués par sa vision rafraîchissante de l'oeuvre de la créatrice vénézuélienne.

Cette saison, Wes Gordon s'est inspiré d'une séance photo légendaire, qui a réuni en janvier 1962 le photographe David Bailey et le mannequin Jean Shrimpton pour le Vogue britannique. La séance a eu lieu au mois de janvier, par un froid glacial qui faisait coller l'appareil aux doigts du photographe. Une ambiance avant-gardiste, empreinte d'un réalisme grinçant, capturée dans le West Village et Chinatown : on dit souvent que c'est cette série qui a "lancé" les années 1960 et le Swinging London.

"C'est ce shooting qui a engendré le mouvement du Youthquake, après une décennie de photographie de mode très stricte et très formelle. En prenant des photos sous la pluie sur un trottoir, devant un magasin de chaussures, David Bailey a capté cette nouvelle énergie, cette fraîcheur et cette modernité. Et je pense vraiment que nous sommes sur le point de découvrir un nouveau New York, un nouveau monde, un nouveau maintenant", assure Wes Gordon, filmé par la webcam de son ordinateur.

"Des pièces taillées pour des moments particuliers", explique le designer, en commençant par son imprimé fétiche — le pois —, un motif intrinsèquement lié aux codes de la maison, décliné cette fois en plusieurs tailles.

Un chemisier en mousseline translucide, porté avec une jupe très ample à imprimé zébré, un ensemble avec pull zébré en maille et jupe à pois en mousseline, beaucoup de pantalons évasés — souvent coupés dans un tissu zébré chiné digne de la haute couture, mais tissé selon un processus écoresponsable.

"Environ 25% de cette collection est durable et nous nous efforcerons d'augmenter cette proportion", promet Wes Gordon.


Carolina Herrera Pré-collection Automne 2021 - Photo : Carolina Herrera


Le designer s'est aussi amusé à reprendre la silhouette classique de Carolina Herrera — de grandes robes de tulle et de taffetas fluides surmontées de chemises d'un blanc éclatant, tout en remettant leur allure au goût du jour avec des tops en tricot ou des bodys. Clou du spectacle, une jupe en taffetas qui rendait hommage à la styliste, portée avec un bomber à pois.

"Ce ne serait pas une collection Carolina Herrera sans quelques robes extraordinaires", plaisante Wes Gordon, en cliquant pour dévoiler une fabuleuse robe du soir faite de 120 mètres de tulle blanc perlé.

S'ajoutent à cette sélection très élégante : des robes de soirée courtes et volantées, des robes courtes en crêpe rouge avec des nœuds en satin rose, de gigantesques pulls à col roulé en cachemire, qui tombent jusqu'à la cheville, et des robes parfaitement coupées avec boutons en corne.

Pour aller pique-niquer au printemps, un robuste ottoman de coton à rayures tissées, utilisé en biais sur une robe portée avec une paire de richelieu. Mais aussi des manteaux noirs en cachemire double-face, d'allure Empire, avec des poches plaquées qui "rappellent tellement Mia Farrow dans Rosemary's Baby".


Carolina Herrera Pré-collection Automne 2021- Photo : Carolina Herrera

 
L'intégralité du lookbook a été réalisé par le très subversif photographe Roe Ethridge, qui donne aux mannequins l'allure de collectionneuses d'art bien nées.

En cette année si particulière, Wes Gordon a souhaité transmettre "l'idée d'urgence, puisque cette collection sera expédiée en mai et juin. Avec un peu de chance, dans un monde en pleine campagne de vaccination. Il s'agit de vêtement qui seront portés à des retrouvailles entre amies séparées depuis un an, dans des restaurants trop longtemps fermés. Ma collection permet d'exprimer à quel point ma cliente est unique — les vêtements sont complètement portables, tout en restant éblouissants. Parce que chez Carolina Herrera, nous pensons qu'un vêtement portable et confortable ne doit pas nécessairement être gris ou triste, ni terne, ni ennuyeux".
 
"L'année nous a imposé son lot de difficultés, et je suis impressionné de voir à quel point notre équipe s'en est bien sortie malgré tous ces obstacles. Notre atelier a réussi à produire des collections encore plus belles", conclut Wes Gordon, avant de quitter la réunion et de disparaître de l'écran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com