×
Publicités
Par
AFP
Publié le
4 janv. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les Espagnols dopent les soldes anticipés

Par
AFP
Publié le
4 janv. 2012

SAINT-DE-LUZ (Pyrénées-Atlantiques), 4 jan 2012 (AFP) - Dès l'ouverture des magasins mercredi matin, premier jour des soldes anticipés d'hiver dans les Pyrénées-Atlantiques, les Espagnols se sont précipités dans les magasins de Saint-Jean-de-Luz pour faire leur shopping avant l'Épiphanie (fête des Rois). "Saint-Jean-de-Luz est la +ville-frontière+ par excellence et nous comptons de nombreux Espagnols dans notre clientèle. Certains sont venus dès 8 heures pour bénéficier des moins 30 ou 50 % selon les articles, et sur présentation de leur carte de fidélité dune remise supplémentaire de 10 % jusqu'à 10H00", explique Remy Sahaguian, directeur de Monoprix.


Début des soldes à Bayonne, le 4 janvier 2012. Photo : AFP/Gaizka Iroz.

Comme dans le département limitrophe des Landes, les Pyrénées-Atlantiques ont le droit de démarrer les soldes une semaine avant la date nationale officielle du 11 janvier. Cette dérogation est justifiée par le fait que les soldes de l'autre côté de la frontière commencent samedi, le lendemain de l'Épiphanie en Espagne, où plus qu'à Noël, ce sont traditionnellement les Rois Mages qui apportent les cadeaux.

Pour M. Sahaguian, ces soldes avancés ont de nombreux avantages: ils "retiennent les Français de ce côté-ci de la frontière et attirent les Espagnols qui, avant de fêter les Rois trouvent l'occasion d'acheter des cadeaux à moindre prix". "Nous achetons plusieurs fois le même article. Pour nos enfants, nos neveux, nos amis...", confie Arantxa venue d'Irun (Pays basque espagnol).

A 10H00, à l'ouverture des autres magasins de la ville, la quasi-totalité des magasins de prêt-à-porter haut-de-gamme démarrent leurs soldes à moitié prix. "Les gens attendent moins 50 % pour acheter. Autant le faire de suite", explique une vendeuse.

Une de ses clientes confirme : "je reluquais ce manteau à 199 euros depuis longtemps, aujourd'hui je me précipite car il part à 99,50 euros". En face, dans le magasin d'une célèbre marque de surf, Luis, venu de Vitoria achète des cadeaux pour toute la famille. "En Espagne, nous n'avons pas de marques si diversifiées. En quelques mètres ici, nous trouvons des vêtements Quiksilver, O'Neill ou Catimini pour les enfants. Après nous irons à Biarritz, Anglet, Bayonne voire Hossegor".

Les seuls magasins qui semblent ne pas tirer leur épingle du jeu sont les petites enseignes. "Les grandes marques ont tellement de marge quelles commencent à solder à -50 %", regrette la propriétaire dune petite boutique. Tout est faussé. Depuis des semaines certains pratiquent des ventes privées. Entre les promotions, les liquidations, les achats en ligne, les soldes se font sous le manteau".

Si le textile a la cote, les magasins de bricolage ou d'électroménager, de sport, de loisirs ou d'ameublement sont également en vogue. Dune manière générale, les grandes surfaces se taillent la meilleure part, même si un responsable de Conforama à Anglet estime "qu'il y a eu de meilleures années".

Bruno Brechignac, responsable du pôle commerce service à la Chambre de commerce de Bayonne, constate les effets positifs de l'alignement des soldes françaises sur les espagnoles. "Elles créent un flux entre les principales villes de la côte basque et du sud des Landes. Même si la crise est importante chez nos voisins espagnols, on s'aperçoit que nous sommes dans une zone transfrontalière avec un bassin de vie élargi".

Cette année 2012, les commerçants français ont mis les moyens pour faire leur publicité outre-Bidassoa. "Cadena Ser", la chaîne de télévision locale diffusée entre Irun et Saint-Sébastien multiplie les spots publicitaires avec comme slogan "Les rois avant lheure en Iparralde (Pays basque français)".

Par Colette LARRABURU

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.