×
Par
AFP
Publié le
18 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans une usine de l'Aisne, 40 flacons de parfum par minute, pour le monde entier

Par
AFP
Publié le
18 déc. 2020

Gauchy (France), 17 déc 2020 (AFP) - C'est une usine moderne, mais d'allure simple, sans grand panneau pour signaler que le géant mondial des cosmétiques L'Oréal y opère, et pourtant: de Gauchy, dans l'Aisne, partent chaque année des millions de bouteilles de parfums aux noms prestigieux, à destination du monde entier.


Denis Charlet / AFP/Archives



Avec 800 références de parfums et huit grandes marques, Gauchy est le site de production en grande série des parfums de la division luxe de L'Oréal. C'est donc dans cette usine que sont produits les flacons des marques Lancôme, Yves Saint Laurent ou Giorgio Armani, que le groupe a rachetées au fil des ans.

Si les précieux jus ne sont pas créés ici, c'est en revanche là qu'ils prennent corps. Pour cela, l'huile essentielle, commandée à des spécialistes des fragrances, est d'abord mélangée, principalement avec de l'eau et de l'alcool.

"On laisse reposer le jus dans des cuves en inox allant jusqu'à 10 tonnes. Puis on lance le conditionnement", détaille le directeur de l'usine, Romaric Peltier. Dès l'entrée dans la partie conditionnement justement, l'odeur de parfums attrape le visiteur, au point de donner l'impression de pénétrer dans une parfumerie, les machines en plus.

Sur les vingt lignes de fabrication, chaque étape est calibrée. Placés par l'automate dans la machine, les flacons de verre sont remplis de parfum avant que le capot ne soit mis en place. Ce capot -on ne dit pas bouchon- est l'élément de reconnaissance majeur de chaque marque.

Quelques secondes plus tard, le parfum arrive dans un emballage "en français, car c'est cela qui plaît", souligne le directeur.

Environ 110 personnes travaillent ici, 200 personnes au total pour l'usine. A raison de 40 flacons produits en moyenne par minute, cela donne des dizaines de milliers de flacons chaque jour, indique Romaric Peltier, qui n'en dira pas davantage sur le chiffre d'affaires de l'activité. Tout juste sait-on que "La vie est belle" de Lancôme était numéro un des ventes pour l'Europe en novembre.

Pas de café



Une fois les flacons prêts, des vérifications ont lieu dans le laboratoire de l'usine. Les produits y sont examinés visuellement, mais aussi par l'odorat. Loin de tout effluve, le personnel -formé par une école de parfum- va alors sentir, dans une salle isolée, des exemplaires prélevés sur les lignes.

"On prend le produit final à contrôler et un référentiel de jus. L'idée est de faire de l'olfaction en aveugle", explique Céline Palisse, responsable qualité de l'usine. Pour cela, les testeurs trempent des mouillettes dans le parfum à contrôler et dans le standard de jus. "L'objectif est d'essayer de déceler s'il y a une différence ou non et s'il y a une différence, de voir à quoi elle est liée", raconte-t-elle.

Pour cela, le processus est strict: les testeurs doivent donc éviter café, chewing-gum ou encore cigarette les heures précédant l'examen.

L'usine se porte bien, malgré la pandémie et la fermeture des magasins. Le site a ainsi embauché une dizaine de personnes durant le premier confinement. De l'avantage de faire partie d'un groupe mondial, souligne Romaric Peltier, avec des régions qui ne sont pas entrées dans la crise sanitaire au même moment.

En France, les ventes de parfums haut de gamme ont fait preuve de résilience, selon une étude récente du cabinet NPD Group. Entre janvier et fin octobre, les parfums ont certes vu leurs ventes baisser de 18% par rapport à la même période l'an passé, mais ce fut un recul moindre que celui enregistré par le marché global de la beauté sélective (-22%).

Le groupe concurrent Interparfums (marques Jimmy Choo ou Karl Lagerfeld) a quant à lui récemment relevé ses prévisions pour 2020, citant un contexte "plus favorable qu'espéré" malgré la crise sanitaire.

"Nous avons des projections rassurantes", reconnaît de son côté Romaric Peltier, alors que Noël, l'une des grosses périodes de ventes de parfums, se prépare.

Par Marie-Morgane LE MOEL

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.