Dawei débute avec succès sur les podiums parisiens

Avec son premier défilé mardi, Dawei, la marque de prêt-à-porter lancée par Dawei Sun en 2016, a emporté l’adhésion. Souliers militaires et chaussettes hautes à carreaux, emmitouflés dans de grandes doudounes-couvertures, les mannequins fendent le podium les cheveux désordonnés et l’air revêche. Elles ont du caractère et de l’allure.


Dawei, automne-hiver 2019-20 - ph Gaby Acosta

Les manteaux aux coupes impeccables sont superposés l’un sur l’autre sur une robe, ton sur ton, dans une laine grise ou camel, ou dans des tweeds, trustant parfois l’un des manteaux avec une ample veste munie de quatre poches et zippée sur le devant, ses larges revers retombant sur les épaules. D’autres tailleurs, toujours dans des tissus classiques à carreaux, dévoilent des constructions asymétriques recherchées, donnant du mouvement à l’ensemble.

Rien n’est banal chez Dawei, que ce soit dans la structure, les coupes, les finitions ou le détail inattendu. Ses vêtements, qui s’enfilent avec naturel, dégagent un confort inné et offrent tous ce petit twist en plus qui les rend désirables. Ainsi, une robe-chemise en jersey trompe-l’œil s’entrouvre sur une robe à bretelles à laquelle elle reste arrimée alors qu’elle laisse glisser son col dans le dos et sur les épaules. Ailleurs, un jeu de boutons permet de créer de nouveaux volumes dans une robe en coton à rayures bleues.

Les mailles sont particulièrement réussies, du pull-over aux fleurs carnivores tricotées en relief avec des yeux qui vous observent au-dessus de la poitrine, en passant par ce dinosaure coloré avec sa crinière jaune bouclée, qui grimpe dans le bas de la manche d’un chandail pour ouvrir sa gueule en plein sur le ventre. Un autre tricot semble avoir été lacéré par la patte d’un fauve avec de longues traces de griffures tricotées dans une laine de couleur différente se prolongeant en franges sur le côté.


Dawei, automne-hiver 2019-20 - ph Gaby Acosta

Avec cette collection, Dawei Sun confirme son talent, cultivé au fil d’un parcours bien rempli. Après les Beaux-Arts et la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, le designer d’origine chinoise a travaillé pour Lolita Lempicka, Balenciaga, John Galliano. Il a ensuite lancé la marque Belle Ninon avec la styliste Ling Liu, avant que les deux ne soient appelés à prendre la direction artistique de Cacharel. Après le départ de Ling Liu, le styliste a repris Belle Ninon en solo avant de lancer son projet Dawei.

« Cette collection est très personnelle. C’est vraiment moi. Elle exprime ce que j’ai envie de créer avec ma propre esthétique », nous confie le designer en backstage, qui vient de se structurer pour proposer désormais aussi des pré-collections. Distribuée surtout en Asie, sa marque vient d’entrer en exclusivité au Printemps avec la collection pour l’été 2019.

Asymétries, rayures, volumes, mailles… La garde-robe Dawei pour l’automne-hiver 2019-20 est pleine d’énergie, oscillant entre mode urbaine et couture poétique. A découvrir sans plus tarder.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER