×
Publié le
10 déc. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

De Bonne Facture s’expose en pop-up chez Small

Publié le
10 déc. 2018

Créée en 2013 par Déborah Neuberg, la marque de prêt-à-porter masculin De Bonne Facture met en avant depuis ses débuts le savoir-faire tricolore en s’associant avec différents ateliers français spécialisés dans le textile et les accessoires. Présentée via une série de pop-up stores – le dernier en date avec la marque de souliers haut de gamme Heschung -, De Bonne Facture s’invite jusqu’au 24 décembre chez Small, le concept-store des salons Man Woman établi au 19, rue Notre-Dame-de-Nazareth à Paris (IIIème).


De Bonne Facture mise sur le made in France pour ses collections masculines. - DR


La créatrice Déborah Neuberg y présente sa collection automne-hiver 2018/19, ainsi que les créations en céramique de l’artiste Marie-Astrid Morio et la maroquinerie artisanale de Laperruque.
 
Un format de pop-up qui semble convenir à la fondatrice de De Bonne Facture, qui devrait répéter l’opération dès la saison prochaine sur un autre quartier parisien. « C'est un bon test, précise-t-elle, avant la recherche d’une boutique physique dans les IIème, IIIème ou VIème arrondissements, mais rien n’est encore sûr. »

Au-delà des ventes en pop-up, De Bonne Facture poursuit sa distribution sélective, la marque étant présente dans 25 points de vente, dont une partie en France (L’Exception ou Merci à Paris) mais aussi au Japon (chez Via Bus Stop à Tokyo) et plus récemment au Royaume-Uni (Trunk Clothiers) et aux Etats-Unis (Unionmade à San Francisco, Kai D Utility à Brooklyn), trois marchés sur lesquels parie la marque.
 
« Si l’ambition est bien à l’international, nous souhaitons privilégier la distribution aux multimarques sans intermédiaire, via notre showroom parisien (rue de Crussol, dans le XIème arrondissement) et les salons internationaux sur lesquels nous sommes exposons, le Pitti Uomo à Florence ou Man à New York ».
 
Soutenue par plusieurs investisseurs privés, Déborah Neuberg poursuit sa démarche de promotion du savoir-faire français, en confectionnant des vêtements intemporels et durables en collaboration avec l’Atelier CBN (Confection Boischaut Nord), la bonneterie Chanteclair ou plus récemment l’atelier normand Val de Saire (tricotage), des sous-traitants dont le nom apparaît systématiquement sur chaque étiquette de vêtement.
 
La marque, qui devrait annoncer d’autres collaborations avec « des marques ancrées dans le savoir-faire régional et artisanal » dans les semaines à venir, est aujourd’hui en phase de recrutement pour étoffer ses équipes. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com