×
Publicités

De Cardin à Ferragni, le monde de la mode défile à la Mostra

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
today 7 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

(AFP) - Un documentaire sur le couturier Pierre Cardin et un autre sur la blogueuse et styliste italienne Chiara Ferragni: le cinéma a exploré à la Mostra deux visages différents du monde de la mode, du pionnier du prêt-à-porter à la star d'Instagram.

AFP


Le Français d'origine italienne Pierre Cardin, 97 ans, toujours en exercice après avoir lancé sa première ligne de prêt-à-porter en 1959, était sur le Lido vendredi pour assister à la projection d'un documentaire de P. David Ebersole et Todd Hughes sur sa longue carrière.

"Merci d'être venus me voir à l'écran, après m'avoir vu dans la vie", a déclaré, très applaudi, le couturier visiblement fatigué, soulignant avoir "la passion de continuer à travailler".

"J'étais presque au bord des larmes, parce qu'ils ont dit des choses que je ne connaissais pas moi-même", a-t-il indiqué à l'AFP. "Mon projet c'est vivre! Encore longtemps! Pour dépasser les 100 ans!", s'est-il exclamé.

Le film retrace la vie de ce fils d'immigrés italiens, arrivé en France à l'âge de deux ans, devenu un couturier au style futuriste et un homme d'affaires précurseur, qui a misé sur une diversification tous azimuts et continué à contrôler son affaire à 100%, seul de sa génération à être resté indépendant.

La mannequin Naomi Campbell, le couturier Jean-Paul Gaultier, le designer Philippe Starck, avec qui il a travaillé, et plusieurs de ses collaborateurs interviennent dans ce film pour évoquer l'apport de ce créateur qui a voulu "toucher le monde entier", selon les mots de Jean-Paul Gaultier.

Jalonné d'images, d'archives et d'interviews, le film évoque aussi brièvement la vie privée de cet homme secret, qui a commencé sa carrière en collaborant avec Jean Cocteau pour les costumes du film "La Belle et la bête".

A l'époque, "j'étais assez joli garçon et tout le monde voulait coucher avec moi", raconte devant la caméra en riant, malicieux, ce vieux monsieur, qui a eu pour compagnon son associé André Oliver et vécu une histoire d'amour de quatre ans avec l'actrice Jeanne Moreau.

17,2 millions de followers

Autre époque, autre style : mercredi soir, c'est la blogueuse, styliste et "influenceuse" de mode italienne Chiara Ferragni, star d'Instagram suivie par 17,2 millions de personnes, qui est venue présenter un documentaire sur sa vie, "Chiara Ferragni - Unposted", volant la vedette aux films en compétition.

Des cris d'hystérie de fans et des files d'attente conséquentes ont accompagné la projection de ce film réalisé par l'Italienne Elisa Amoruso, qui raconte l'ascension de celle que Forbes a décrit comme l'"influenceuse" la plus puissante au monde, en raison des millions de personnes qui la suivent sur les réseaux sociaux.

Cette blonde sculpturale de 32 ans, jeune mère d'un petit garçon qui a su monétiser son image au point de devenir un sujet d'étude à Harvard, s'est fait connaître il y a dix ans avec son blog de mode intitulé "The Blonde Salad".

Elle a ensuite lancé sa propre collection de chaussures en 2015, avant de collaborer avec plusieurs marques de mode, dont Dior ou Chanel et de devenir une véritable entrepreneuse avec, outre son blog, des activités commerciales dont une boutique en ligne.

En robe noire longue Dior scintillante, Chiara Ferragni a foulé le tapis rouge accompagnée par son mari, le rappeur italien Fedez. Elle est venue dire quelques mots avant la projection dans une salle archi-complète, des spectateurs ayant dû rebrousser chemin faute de places. Elle a souligné que c'était "l'un des plus beaux jours de sa vie".

"Vous ne comprendrez jamais notre amour pour elle", a déclaré à l'AFP après la projection Angela Fozzi, 24 ans, qui avait fait le voyage depuis Milan pour tenter de la voir. "Elle est un modèle pour les femmes dans le monde", a-t-elle ajouté. "Elle s'est faite toute seule. Tout ce qu'elle avait, c'était son smartphone et sa détermination".

"Ca m'est égal de savoir à quel point elle est riche", a déclaré de son côté Maria, étudiante en art de 19 ans. "Qu'elle y soit arrivée veut dire que je peux peut-être y arriver aussi".
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 AFP-Relaxnews.