×
6 803
Fashion Jobs
PRINTEMPS
Acheteur Chef de Produit Horlogerie H/F
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Chef de Projet Technique Web Senior (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
WINNING SEARCH
Responsable Marketing et Communication - le Grand Comptoir
CDI · SURESNES
CAROLL
Merchandise Planner (H/F)
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Régional H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus PAP Homme et Femme Luxe (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur (H/F)
CDI · PARIS
MANPOWER CABINET DE RECRUTEMENT COMMERCE MODE LUXE
Coordinateur Retail
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager de Vente
CDI · ORLÉANS
HUGO BOSS
Project Manager Shop Construction H/F
CDI · PARIS
ZAPA
Responsable du Contrôle de Gestion (H/F) - CDI
CDI · PARIS
PAGE PERSONNEL
Chef de Produit Chaussure H/F
CDI · PARIS
AMERICAN VINTAGE
Responsable Régional(e) Retail Nord, Paris ou Lille H/F
CDI · PARIS
LE PALAIS DES THÉS
Responsable Préparation de Commandes b to c (H/F) - Bussy-Saint-Georges
CDI · BUSSY-SAINT-GEORGES
LE PALAIS DES THÉS
Responsable Préparation de Commandes b to b (H/F) - Bussy-Saint-Georges
CDI · BUSSY-SAINT-GEORGES
FROM FUTURE
Chef de Projet Architecture (F/H)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
MANGO
Regional Retail Manager H/F
CDI · PARIS
SATELLITE PARIS
Chef de Produit Technique
CDI · PARIS
BLUE BOX
Gestionnaire de Stock Magasins Outlet H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Responsable Approvisionnement Retail H/F
CDI · L'UNION
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 avr. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

De la pub sans en avoir l'air : la mission des créatifs de Twitter, Instagram ou YouTube

Par
AFP
Publié le
12 avr. 2015

Des publicités qui ressemblent aux photos de vos amis et s'insèrent parmi les publications de votre réseau social: pour mieux monétiser leur plateforme sans faire fuir les utilisateurs, Twitter, Instagram et YouTube disposent d'équipes de créatifs qui conseillent les marques. 


Instagram


Créées en interne ces dernières années et baptisées « Zoo » chez YouTube, « Creative shop » pour Instagram ou « Brand strategy » chez Twitter, ces structures conseillent gratuitement les principales marques pour concevoir des formats publicitaires qui collent avec les usages, les codes et les spécificités de chaque réseau social.

Le but ? Ne pas troubler les habitués de ces plateformes. C'est le cas pour Instagram, le réseau social aux 300 millions d'utilisateurs, connu pour ses photos agrémentées de filtres rétro qui vient d'introduire de la publicité en France.

Né fin 2010, Instagram a longtemps hésité avant d'accepter des réclames par crainte de faire fuir ses fans, souvent issus d'univers créatifs (artistes, photographes, architectes, etc) et attirés par cette application où l'image léchée et vierge de toute publicité était la norme. Après son rachat en 2012 par Facebook pour 715 millions de dollars (674 millions d'euros), Instagram a commencé à introduire des pubs aux Etats-Unis en novembre 2013. Le Royaume-Uni, l'Australie et le Canada ont suivi fin 2014, avant la France à la mi-mars.

Même format carré, même ambiance vintage et même souci esthétique : si ce n'était la mention « sponsorisé », difficile de distinguer les photos et les vidéos des marques dans son fil d'images Instagram.

« La marque doit s'exprimer comme une personne et respecter la communauté. On doit retrouver une marque comme on retrouve un ami ou quelqu'un de sa famille. La publicité doit être intégrée et ne doit pas perturber l'utilisateur », explique Cédric Atlan, du Facebook Creative Shop.

A l'affût des tendances

Ces équipes de spécialistes de la publicité et du marketing, débauchées dans des agences de publicité par les géants du numérique, comptent une centaine de personnes pour chaque réseau social, et sont réparties aux quatre coins du globe. Il s'agit, à la fois, d'avoir une connaissance fine des marchés locaux et être à l'affût des dernières tendances.

« Il n'y a pas de frontières. C'est une équipe globale qui échange partout dans le monde, 24h/24 et 7j/7. Si vous voulez savoir ce qui se passe sur le mobile en Asie dans tel ou tel domaine, on peut avoir la réponse en une heure », explique Mailine Swildens, directrice du Zoo de YouTube pour l'Europe du Sud et de l'Est, le Moyen-Orient et l'Afrique.

En 2014, le Zoo a ainsi imaginé pour la maison de haute couture italienne Fendi le premier défilé filmé par des drones et diffusé en direct sur YouTube. « Ce sont des domaines d'innovation où l'on mélange la géolocalisation, le mobile, la technologie », résume Mailine Swildens.

« Parfois, on nous présente des idées pas très réalisables ou qui tapent à côté. Notre rôle n'est pas de donner des bons ou des mauvais points, mais d'accompagner les agences et les marques », rapporte Laurent Buanec, « brand strategist » chez Twitter.

Ainsi, sur le réseau à l'oiseau bleu, le compte Twitter de Nissan France s'est transformé en expert du football en délivrant des statistiques (nombre de passes, possession de balle) lors des matches de Ligue des champions dont le constructeur japonais est le sponsor.

S'il est naturel que ces réseaux sociaux qui dépendent de la publicité expliquent aux marques comment les utiliser, ces services pourraient à terme concurrencer l'activité de conseil des agences, estime Nicolas Levy, en charge de la stratégie à l'agence Marcel (groupe Publicis). 

« Pour le moment, c'est dans l'intérêt de tous. Mais à long terme, Google et Facebook, qui sont les plus innovants et les plus gros, sont potentiellement des concurrents », prévient-t-il. « La solution pour les grands groupes de publicité est de croître, surtout dans le domaine de la "data" (des données, ndlr), pour ne pas laisser la compréhension des clients aux réseaux sociaux », conclut Nicolas Levy.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.