×
Publié le
3 déc. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Décalé, le Black Friday français débute ce 4 décembre

Publié le
3 déc. 2020

Fin novembre, les acteurs du commerce et de l’e-commerce avaient annoncé de concert avec Bercy le report du Black Friday au 4 décembre. Un décalage d'une semaine destiné à laisser le temps aux commerces physiques, alors encore fermés, de pouvoir relancer leur activité en dehors de cette période de rabais d’origine américaine, désormais bien installée dans l’esprit des consommateurs français. Même si de nombreuses marques se font entendre pour la dénoncer.
 

Les Français prévoient de faire 70% de leurs achats du Black Friday sur Internet - Shutterstock


Deux Français sur trois entendent bien faire des emplettes durant le Black Friday cette année (-10% par rapport à 2019), ce qui montre une certaine prudence liée à la situation sanitaire, mais le budget moyen augmente de 5% pour atteindre 245 euros, révèle une étude publiée par le cabinet d’audit PwC. Crise sanitaire oblige, 70% des dépenses sont prévues en ligne. Les produits privilégiés? L’électronique et les vêtements pour adultes, pour deux Français sur cinq.
 
Si 41% des consommateurs tricolores qui profiteront du Black Friday ont l’intention de réaliser un achat plaisir, un sondage mené par Tiendo révèle que 23% comptent sur ce jour de rabais pour effectuer leurs cadeaux de fin d’année. Pour PwC, le Black Friday 2020 pourrait même représenter 35% des achats de Noël en France, contre 30% l’an dernier. "Les promotions du Black Friday devraient amortir la baisse - plutôt que contribuer à l’augmentation - du budget de Noël", avertit PwC.

Un black Friday déguisé a-t-il déjà eu lieu ?


 
Même repoussé, ce Black Friday a comme d’habitude été précédé par une avalanche de promotions chez de nombreuses grandes enseignes et portails de vente. Avec une séquence convoquant de façon à peine dissimulée le fameux vendredi. Des ‘Beauty Days’ de Sephora aux ‘Indigo Days’ de Levi’s, en passant par les promotions ‘Hottes’ de Rakuten, beaucoup ont préféré ne pas attendre décembre pour capter les achats de Noël. C’est d’ailleurs la montée en puissance du Black Friday dans l’Hexagone qui a bouleversé le calendrier commercial ces dernières années, en déplaçant le pic initial des ventes à la fin-novembre, alors qu’il intervenait historiquement durant le deuxième week-end de décembre.
 
Bien que reporté au 4 décembre, l’effet Black Friday s’est déjà fait sentir dans le bilan des ventes en ligne de fin novembre. Selon les chiffres du panel Webloyalty (qui regroupe 37 sites leaders), la date initiale du 27 novembre a connu des niveaux de ventes inférieurs de 31% par rapport au pic occasionné par le Black Friday 2019. Un résultat mesuré, donc, et qui pourrait laisser présager d’un lancement réussi pour ce 4 décembre. Hélas, une autre variable est à prendre en compte.


Bilan des achats en ligne depuis le reconfinement qui montre que la hausse des ventes en ligne n'a pas non-plus attendu le Black Friday - Webloyalty

 
Le second confinement a en effet occasionné tout au long du mois de novembre des niveaux de ventes en ligne supérieurs au niveau de 2019. Dès le 30 octobre, les courbes comparées des deux années divergent. Sur tout le mois de novembre, il n’y a que la journée du Black Friday 2019 (le 29 novembre), qui parvient à surclasser l’activité quotidienne de novembre 2020. Ainsi, du 20 octobre au 30 novembre 2020, les ventes cumulées sont supérieures de 48% à la même période durant l’année précédente.
 
Sur la période du 30 octobre au 27 novembre, Webloyalty note par ailleurs que la mode a connu des niveaux de ventes en ligne en hausse de 41% par rapport à ceux de la même période en 2019. Reste donc à évaluer dans les jours prochains si ces achats se sont faits au détriment du Black Friday reporté.


Shutterstock


Une frange importante de marques, notamment dans le secteur de la mode, ne scrutera pas ces résultats. Elles sont de plus en plus nombreuses à zapper le Black Friday, qui est selon elles un événement destructeur de valeur, et appelant à la surconsommation. Plusieurs mouvements se renforcent, comme celui du 'Green Friday', ou du collectif 'Make Friday Green Again' qui réunit plus d’un millier de marques en 2020, quatre ans après sa création. Sans forcément adhérer à ces mouvements, des acteurs de toutes tailles tournent le dos au Black Friday, jusqu’aux grandes enseignes de l’habillement que sont par exemple Promod et Kiabi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com