×
Publicités

Déconfinement : l'État fait ses recommandations sanitaires aux commerçants

Publié le
4 mai 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'attente était grande, à l'approche de la date du déconfinement. Mais le ministère du Travail s'est finalement fendu de la "fiche métier" devant constituer la base des mesures sanitaires pour les commerces. S'il faudra encore attendre pour connaitre les recommandations spécifiques à l'habillement (relire notre dossier), le document apporte les premiers éléments attendus.


Le document fourni par le ministère du Travail n'aborde pas les enjeux spécifiques au commerce de mode, comme le devenir des produits essayés - Shutterstock


"De quel matériel vous avez besoin, comment organiser les files d'attente, les réservations… Tout cela sera précisé dans ces guides de bonnes pratiques", indiquait lundi matin le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans une séance de questions-réponses vidéo en direct menée sur le réseau social Linkedin. "Les entreprises doivent s'inspirer de ces fiches métiers, de ces guides de bonnes pratiques, qui vont leur dire très précisément 'voilà ce que vous avez à faire pour pouvoir rouvrir'."

Outre les rappels élémentaires entourant depuis le début du confinement les mesures barrières, le document aujourd'hui produit entend accompagner les commerces à chaque étape du processus. Les recommandations, et non obligations, se divisent ainsi en trois parties : Préparer, Réaliser et Vérifier.

Préparer :
- Panneau à l'entrée du magasin expliquant les consignes de sécurité, l'organisation de la file d'attente, et le fonctionnement choisi pour les paiements et retraits de commandes.
- Poste d'encaissement situé hors des magasins pour les retraits de commande.
- Plan de nettoyage périodique comprenant outils de travail, poignées de portes, boutons, ou encore toute surface susceptible d'être contaminée.
- Affichage invitant à se laver les mains avant et après usage de tout matériel commun.
- Suppression des fontaines à eau.
- Laisser les portes ouvertes pour limiter les contacts avec les surfaces.
- Désinfectants, mouchoirs et sacs poubelle à proximité des postes de travail.
- Outils de travail individuels.
- Sens de circulation dans les boutiques.
- Marquages au sol figurant la distanciation minimum d'un mètre.

Réaliser :
- Mise en rayon et en vitrine hors des heures d'accès aux clients, quitte à réduire les amplitudes horaires d'ouvertures.
- Éloigner au possible les employés les uns des autres.
- Marques au sol pour signifier la distance entre deux chargés de caisses.
- Paiements sans contact ou par carte encouragés.
- Caisses automatiques nettoyées le plus souvent possible.
- Soucoupes, pour que les paiements en espèces n'entrainent pas des échanges de main en main.
- Lavages des mains fréquents selon le trafic en magasin.

Vérifier :
- L'approvisionnement de désinfectants, produits d'entretiens et autres consommables doit être régulier.
- Plan de nettoyage pour rampes d'escaliers, poignées de portes, boutons d'ascenseur, anses de panier…
- Bouteilles d'eau individuelles fournies à chaque salarié.
- Repas en horaires décalés, avec toujours une distance d'écart d'un mètre, si possible symbolisée au sol.

Des recommandations vagues, voire incomplètes



Cette liste de recommandations, à trouver sur le site du ministère du Travail, ne manquera pas de décontenancer une partie des commerçants. Dans ce document officiel, pas de mention des masques. Pas de mention des gants. Pas de mention du nombre recommandé de clients selon les surfaces de ventes. Une curiosité à l'heure où Matignon a en revanche donné aux préfets tout pouvoir de fermeture pour les centres commerciaux dépassant les 40 000 mètres carrés.

L'Alliance du Commerce (grands magasins, enseignes mode/chaussures) devrait néanmoins présenter ses propres recommandations complémentaires dans les prochains jours. Le lundi 4 mai, Bercy s'est engagé à revenir dans la semaine vers l'instance, dont les recommandations de branches sont encore soumises à une vérification de conformité, a appris FashionNetwork.com.

Du côté des indépendants, la Fédération Nationale de l'Habillement (FNH) s'agace de l'absence de retour gouvernemental concernant le Guide de bonnes pratiques spécifiques soumis la semaine passée au ministère. "Ce n'est plus de l'indifférence mais carrément du mépris", nous indique le président de la FNH, Eric Mertz. Attente qui irrite d'autant plus que le ministère n'a pas attendu pour d'ores et déjà fournir des recommandations très spécifiques adressées, par exemple, à "la continuité de l'activité tuiles et briques".

L'attente est pourtant grande, du côté des commerces d'habillement, qui se demandent notamment comment concilier essayage des vêtements et précautions sanitaires. Contacté par FashionNetwork.com, le pneumologue proche de l'Afnor Bertrand Dautzenberg suggérait de mettre les vêtements en quarantaine une demi-journée, et de rendre port du masque et lavage des mains obligatoires à l'entrée de chaque boutique. La présence de rideaux en tissus dans les cabines d'essayage étant, pour le spécialiste, un problème.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com