×
Publicités
Par
AFP
Publié le
9 nov. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Défilé de mode pour de "vrai" pour des détenues de Fleury-Mérogis

Par
AFP
Publié le
9 nov. 2012

FLEURY-MEROGIS (Essonne), 09 nov 2012 (AFP) - Vingt-cinq femmes incarcérées à Fleury-Mérogis ont participé à un défilé de mode pour de "vrai" de la créatrice Sakina M'Sa vendredi dans l'enceinte de la maison d'arrêt des femmes,endeuillée par la mort d'une détenue, il y a une semaine, a constaté l'AFP.

Mannequins d'un jour, les détenues habillées de robes, bustiers ou tuniques de prêt à porter, parfois perchées sur d'impressionnants stilettos, ont défilé sur un podium installé dans un gymnase sur les rythmes technoïdes d'une DJ et sous les applaudissements et les vivats d'un public composé notamment de quelque 80 co-détenues.


Une création signée Sakina M'sa

"On a l'impression, qu'on est dehors en liberté. On oublie l'environnement qui nous entoure", a déclaré une participante sous couvert d'anonymat.

"C'est une vraie métamorphose. Après deux ans endormie, je me suis réveillée en me disant: je suis une belle femme. C'est un nouveau souffle avant de sortir", a ajouté une autre jeune femme lusophone.

Organisé comme un vrai défilé sous la houlette de la créatrice Sakina M'Sa dont les ateliers sont installés dans le quartier populaire de la Goutte d'Or à Paris, l'événement clôturait la deuxième édition de la semaine de la mode organisée au centre pénitentiaire.

"Elles ont donné leur tripes sur le podium", s'est enthousiasmé la styliste dont les vêtements selon la presse spécialisée, habillent des actrices comme l'Américaine Eva Mendes ou la Française Ludivine Sagnier.

"Pas de misérabilisme, ni de show-off, il fallait que ça soit pro et dans la dignité. C'était une vraie production", a-t-elle ajouté.

Prévu de longue date, le défilé de mode s'est tenu une semaine après la découverte du corps sans vie d'une femme de 34 ans d'origine croate, détenue à la maison d'arrêt des femmes de Fleury-Mérogis, et trouvée morte dans son lit, au réveil, vendredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.